samedi 29 octobre 2011

TERRE CHAMP DE BATAILLE









Mouammar Kadhafi et le projet libyen de redistribution de la richesse




L’idée que l’on se fait du colonel Mouammar Kadhafi n’est pas la même partout dans le monde. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, sous son règne la Libye est passée d’un des pays les plus pauvres de la surface de la terre au pays ayant le niveau de vie le plus élevé en Afrique. Selon le professeur Henri Habibi :

Lorsque les Nations Unies ont octroyé son indépendance à la Libye le 24 décembre 1951, on la décrivait comme l’un des pays les plus pauvres et arriérés du monde. La population de l’époque ne dépassait pas les 1,5 millions, elle était illettrée à plus de 90% et n’avait ni d’expérience politique ni d’expertise. Il n’y avait pas d’université et seulement un nombre limité d’écoles secondaires, établies sept ans avant l’indépendance [1].
Kadhafi avait plusieurs plans d’envergure. Il voulait créer une Organisation du Traité de l’Atlantique Sud pour protéger l’Afrique et l’Amérique latine. Il préconisait l’utilisation d’un étalon-or pour le dinar come devise des pays musulmans. Bon nombre de ses plans étaient de nature panafricaine, dont les États-Unis d’Afrique.



Les projets panafricains de Kadhafi

Le colonel Kadhafi a mis en œuvre la grande rivière artificielle, un projet d’envergure visant à transformer le désert du Sahara et à renverser la désertification de l’Afrique. Grâce à ses plans d’irrigation, la grande rivière artificielle avait également pour but de soutenir l’agriculture ailleurs sur le continent. Ce projet est devenu une cible militaire pour l’OTAN. Sans justification, la campagne de bombardements de l’OTAN visait à détruire la grande rivière artificielle.
Kadhafi envisageait aussi la création d’institutions financières panafricaines indépendantes, où la Libyan Investment Authority (Autorité libyenne d’investissements) et la Banque étrangère de Libye joueraient des rôles importants. Par le biais de ces deux institutions, Kadhafi a contribué à mettre sur pied le premier réseau de satellites africain, la Regional African Satellite Communication Organization (Organisation régionale africaine de communications par satellite, RASCOM), afin de réduire la dépendance des Africains aux puissances étrangères [2].
Son chef-d’œuvre aurait été la création des États Unis d’Afrique. L’entité supranationale aurait été constituée à l’aide de la Banque africaine d’investissements, le Fonds monétaire africain et finalement, la Banque centrale africaine. L’Union européenne (UE), les États-Unis, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale étaient hostiles à toutes ces institutions.

Le projet de redistribution de la richesse de Kadhafi


Kadhafi avait un projet de redistribution de la richesse en Libye. Des sources du Congrès étasunien l’ont même admis dans un rapport daté du 18 février 2011 :

En mars 2008, le colonel Kadhafi a annoncé son intention de dissoudre la plupart des corps administratifs gouvernementaux et d’instituer un programme de redistribution de la richesse, où les recettes pétrolières de l’État seraient mensuellement distribuées aux citoyens, qui les administreraient personnellement, en coopération avec des comités locaux. Citant la critique populaire des performances gouvernementales dans un long discours touchant à divers sujets, il a répété que l’État traditionnel serait bientôt « mort » en Libye et que la gouvernance directe s’accomplirait par la redistribution des revenus du pétrole. [L’armée], les affaires étrangères, la sécurité et les arrangements concernant la production de pétrole demeureraient, dit-on, des responsabilités gouvernementales, alors que d’autres organes gouvernementaux seraient supprimés peu à peu. Au début de 2009, les Congrès populaires de base envisageaient des changements dans les propositions et le Congrès général du peuple a voté pour la remise de l’implantation à une date ultérieure [3].

Kadhafi souhaitait que tout le peuple libyen ait un accès direct à la richesse nationale. Il était également au courant de la corruption enracinée dans les rangs du gouvernement libyen. C’est l’une des raisons pour lesquelles il désirait appliquer progressivement un modèle d’anarchie politique en Libye. Il a parlé de ces projets pendant quelques années.

Par ailleurs, le projet de redistribution de la richesse et l’instauration d’un système politique anarchiste étaient vus comme des menaces très sérieuses par les États-Unis, l’UE et un groupe de représentants libyens. Si elles réussissaient, les réformes auraient créé des troubles politiques parmi de nombreuses populations à travers le monde. Au niveau national, bien des officiels libyens tentaient de ralentir le projet, entre autres, en faisant appel à des puissances étrangères.
Pourquoi Mahmoud Jibril s’est joint au Conseil national de transition
Mahmoud Jibril faisait partie des officiels libyens ayant horreur de ce projet et fortement opposés à celui-ci. C’est Seïf al-Islam Kadhafi qui a nommé M. Jibril. En raison de la forte influence des États-Unis et de l’UE, Seïf al-Islam a choisi Jibril pour transformer l’économie libyenne et imposer une vague de réformes économiques néolibérales qui ouvriraient le marché libyen.
Jibril est devenu chef de deux organes gouvernementaux de la Jamahiriya arabe libyenne : le Conseil national de planification et l’Office national de développement économique de la Libye. Alors que ce dernier est un ministère régulier, le Conseil national de planification se situe au-delà du Bureau du secrétaire général du Comité populaire dans la hiérarchie gouvernementale. En réalité, cela plaçait Jibril dans un poste supérieur à celui qui constitue l’équivalent d’un premier ministre. Jibril est en fait devenu l’une des forces ayant ouvert les portes à la privatisation et à la pauvreté en Libye.
Environ six mois avant l’éclatement du conflit en Libye, Mahmoud Jibiril a rencontré Bernard-Henri Lévy en Australie afin de discuter de la formation du Conseil de transition et de la déposition du colonel Kadhafi [4]. Dans des documents et des procès-verbaux de l’Office national de développement économique de la Jamahiriya arabe libyenne, Jibril a qualifié de « fou » le projet de redistribution de la richesse de Kadhafi [5]. Jibril croyait fermement que le peuple libyen n’était pas digne de se gouverner lui-même et qu’une élite devrait toujours contrôler le destin et la richesse de toute nation. Il souhaitait diminuer la taille du gouvernement libyen et licencier un grand nombre de travailleurs du secteur public, mais, en revanche, il désirait augmenter les réglementations gouvernementales en Libye. Jibril citait aussi toujours Singapour comme l’exemple parfait d’un État néolibéral. Alors qu’il était à Singapour, un pays qu’il visitait régulièrement, il est probable qu’il ait rencontré Bernard-Henri Lévy.
Lorsque les problèmes ont commencé à Benghazi, Mahmoud Jibiril s’est immédiatement rendu au Caire en Égypte. Il a avisé ses collègues qu’il serait de retour bientôt à Tripoli, mais il n’avait aucune intention d’y retourner. En réalité, il est allé au Caire pour rencontrer les leaders du Conseil national syrien et Lévy. Tous l’attendaient au Caire afin de coordonner les événements en Libye et en Syrie. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Conseil national de transition (CNT) a reconnu le Conseil national syrien comme gouvernement légitime de la Syrie.
N’ayez pas pitié des morts, ayez pitié des vivants!
Mouammar Kadhafi est mort maintenant. Il a été tué dans sa ville natale, Syrte. Il a tenu bon jusqu’à la fin comme il l’avait promis.
Le CNT, qui avait juré de le poursuivre en justice, l’a fait assassiner.
Kadhafi a même rappelé aux hommes qui l’ont battu, sodomisé, se sont moqués de lui et l’ont finalement assassiné, qu’ils ne respectaient pas les lois de l’Islam concernant le traitement respectueux des prisonniers. L’OTAN a pour sa part joué un rôle central et supervisé l’événement du début à la fin.
Le meurtre de Kadhafi a été systématique, puisque son fils et plusieurs autres leaders libyens ont ensuite aussi été tués.
Le décès de Kadhafi marque une étape historique pour la Libye : la fin d’une époque et le commencement d’un nouveau chapitre.
La Libye ne deviendra pas un nouveau paradis comme le dit le CNT. Dans bien des cas, les vivants envieront les morts, à cause d’hommes comme Mahmoud Jibril, Ali Tarhouni, et Sliman Bouchuiguir.
Mahmoud Jibril est un simple opportuniste. L’homme ne voyait aucun problème à agir comme représentant du gouvernement sous feu Kadhafi. Il ne s’est jamais plaint à propos des droits humains ou du manque de démocratie. Il était encore premier ministre du CNT quelques jours après le meurtre sauvage du colonel Kadhafi. L’opposition de Jibril au projet de redistribution de richesse du colonel et son attitude élitiste sont parmi les raisons pour lesquelles il a conspiré contre Kadhafi et contribué à la formation du CNT.
Cet officiel de l’ancien régime, qui a toujours appuyé ouvertement les dictateurs arabes dans le golfe Persique, est-il vraiment un représentant et un héros du peuple? Qu’en est-il de ses collègues du CNT qui ont négocié des contrats pétroliers avec les États membres de l’OTAN, avant même de détenir de soi-disant postes gouvernementaux au sein du CNT?
Mahdi Darius Nazemroaya

 

Notes
[1] Henri Pierre Habib, Politics and Government of Revolutionary Libya (Montmagny, Québec: Le Cercle de Livre de France Ltée, 1975), p.1.
[2] Regional African Satellite Communication Organization, “Launch of the Pan African Satellite,” July 26, 2010:http://www.rascom.org/info_detail2.php?langue_id=2&info_id=120&id_sr=0&id_r=32&id_gr=3
[3] Christopher M. Blanchard and James Zanotti, “Libya Christopher M. Blanchard and James Zanotti, “Libya: Background and U.S. Relations,” Congressional Research Service, February 18, 2011, p.22.
[4] Private discussions with Mahmoud Jiribil’s co-workers inside and outside of Libya.
[5] Internal private documents from the National Economic Development Board of the Libyan Arab Jamahiriya.




vendredi 28 octobre 2011

jeudi 27 octobre 2011

FIDEL CASTRO : LE ROLE GENOCIDE DE L' OTAN 2


Le rôle génocide de l’OTAN (deuxième partie)


VOILÀ un peu plus de huit mois, le 21 février dernier, j’avais affirmé, absolument convaincu : « Le plan de l’OTAN est d’occuper la Libye. » C’est sous ce titre que j’avais abordé pour la première fois ce point dans des Réflexions dont la teneur semblait relever de la fantaisie.

Je reprends ci-dessous les facteurs qui m’avaient conduit à cette conclusion :

Le pétrole est devenu la principale richesse aux mains des grandes transnationales yankees ; cette source de richesse leur a permis de disposer d’un instrument qui a accru considérablement leur pouvoir politique dans le monde. […]

C’est sur cette source d’énergie que s’est développée la civilisation actuelle. Sur notre continent, le Venezuela a été le pays qui l’a payé le plus cher dans la mesure où les USA s’étaient emparés des gisements énormes dont la Nature a doté ce pays frère.

À la fin de la dernière guerre mondiale, des quantités toujours plus élevées de pétrole ont été extraites des gisements d’Iran, ainsi que de ceux d’Arabie saoudite, d’Irak et des pays arabes situés autour qui en devinrent les principaux fournisseurs. La consommation mondiale n’a cessé de s’élever pour atteindre le chiffre fabuleux d’environ quatre-vingts millions de barils par jour, y compris ceux qui sont extraits des États-Unis, à quoi sont venus s’ajouter le gaz, l’énergie hydraulique et l’énergie nucléaire. […]

Le gaspillage du pétrole et du gaz est associé à l’une des plus grandes tragédies, absolument pas solutionnées, que souffre l’humanité : les changements climatiques.

[…] La Libye est devenue en décembre 1951 le premier pays africain à atteindre son indépendance après la Deuxième Guerre mondiale au cours de laquelle son territoire fut le théâtre de combats importants entre les troupes allemandes et celles du Royaume-Uni…

Le territoire de la Libye est désertique à 95 %. La technologie a permis de découvrir d’importants gisements d’excellent pétrole léger – qui produisent aujourd’hui 1,8 million de barils par jour – et des gisements abondants de gaz naturel. […] Son rude désert est situé sur un énorme lac d’eau fossile, qui fait le triple de la surface de Cuba, ce qui lui a permis de construire un vaste réseau de conduits d’eau potable à travers tout le pays.

[…] La Révolution libyenne a eu lieu en septembre 1969. Son principal dirigeant était Mouammar Kadhafi, un militaire d’origine bédouine, qui s’inspira dès sa première jeunesse des idées du leader égyptien Gamal Abdel Nasser. Nombre de ses décisions furent sans doute associées aux changements qui se produisirent quand, tout comme en Égypte, une monarchie faible et corrompue y fut renversée.

[…] On peut être d’accord ou pas avec Mouammar Kadhafi. Le monde est actuellement bombardé de nouvelles de toutes sortes, surtout produites par les médias. Il faudra attendre le temps nécessaire pour connaître vraiment ce qu’il y a de vrai et de mensonger ou de semi-vérités dans ce qu’on nous dit de la situation chaotique en Libye. Ce qui est absolument évident à mes yeux, c’est que l’administration étasunienne se fiche bien de la paix en Libye et qu’elle n’hésitera pas à donner l’ordre à l’OTAN d’envahir ce riche pays, peut-être même dans quelques heures ou quelques jours.

Ceux qui, motivés par de perfides desseins, ont inventé, hier dimanche 20 février dans l’après-midi,  le mensonge selon lequel Mouammar Kadhafi se dirigeait au Venezuela, ont eu droit aujourd’hui à la digne réponse du ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Nicolas Maduro…

Je n’imagine pas, quant à moi, que le dirigeant libyen puisse abandonner le pays et fuir les responsabilités qu’on lui impute, qu’elles soient fausses ou non en tout ou partie.

Toute personne honnête sera toujours opposée à n’importe quelle injustice commise contre n’importe quel peuple du monde. La pire serait maintenant de faire silence sur le crime que l’OTAN s’apprête à commettre contre le peuple libyen.

Pour les chefs de cette organisation belliciste, il y a urgence. Il faut le dénoncer !

Dès cette date, j’avais perçu ce qui coulait de source.

Demain, mardi 25 octobre, notre ministre des Relations extérieures Bruno Rodriguez interviendra au siège des Nations Unies pour dénoncer le blocus criminel des États-Unis contre Cuba. Nous suivrons de près cette bataille qui prouvera une fois de plus la nécessité non seulement de lever le blocus, mais encore d’en finir avec le système qui engendre l’injustice sur notre planète, dilapide ses ressources  et met la survie humaine en danger. Nous prêterons une attention spéciale à la plaidoirie de Cuba.

Je continuerai mercredi 26.

Fidel Castro Ruz
Le 24 octobre 2011
17 h 19
(Traduction ESTI)


Toute reproduction autorisée sous réserve de citer : http://doriot-univers.blogspot.com

LE ROLE GENOCIDE DE L' OTAN 1



( Première partie)

Cette brutale alliance militaire est devenue le plus perfide instrument de répression qu’a connue l’histoire de l’humanité.

L’OTAN a assumé ce rôle répressif dès que l’URSS, qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour la créer, a cessé d’exister. Ses visées criminelles sont apparues au grand jour en Serbie, un pays slave dont le peuple avait lutté si héroïquement contre les troupes nazies durant la Deuxième Guerre mondiale.

Quand, en mars 1999, les pays de cette organisation néfaste, qui ambitionnaient de désintégrer la Yougoslavie après la mort de Josip Broz Tito, dépêchèrent leurs troupes pour appuyer les sécessionnistes kosovars, ils se heurtèrent à la forte résistance de cette nation dont les troupes expérimentées étaient intactes.

L’administration yankee, conseillée par le gouvernement espagnol de droite de José Maria Aznar, bombarda l’édifice de la télévision serbe, les ponts du Danube et Belgrade, la capitale. Elle détruisit sous les bombes l’ambassade de la République populaire de Chine dont plusieurs fonctionnaires moururent, et ce ne fut absolument pas une erreur comme arguèrent les responsables. De nombreux patriotes serbes perdirent la vie. Le président Slobodan Milosevic accablé par la puissance des agresseurs et par la disparition de l’URSS, céda aux exigences de l’OTAN et admit la présence de ses troupes au Kosovo sous mandat de l’ONU, ce qui conduisit finalement à sa défaite politique et à son envoi devant la cour, en rien impartiale, de La Haye. Curieusement, il mourut en prison. Si le dirigeant serbe avait résisté quelques jours de plus, l’OTAN serait entrée dans une grave crise qui fut sur le point d’éclater. L’Empire disposa ainsi de bien plus de temps pour imposer son hégémonie aux membres toujours plus subordonnés de cette organisation.

Du 21 février au 27 avril dernier, j’ai publié sur le site web CubaDebate neuf Réflexions consacrées à cette question, abordant longuement le rôle de l’OTAN en Libye et ce qu’il allait se passer de mon point de vue.

Je vais devoir faire un résumé des idées essentielles que j’ai exposées et des faits qui se sont déroulés comme je les avais prévus, maintenant qu’un personnage clef de cette histoire, Mouammar Kadhafi, après avoir été grièvement blessé par les chasseurs-bombardiers les plus modernes de l’OTAN qui ont intercepté et détruit son véhicule, a été capturé vivant et assassiné par les hommes que cette organisation militaire a armés.

Son cadavre a ensuite été séquestré et exhibé comme un trophée de guerre, une conduite qui viole les principes les plus élémentaires de l’Islam et d’autres religions. On nous annonce que la Libye sera bientôt déclarée « État démocratique et défenseur des droits humains ».

Je devrai donc consacrer plusieurs Réflexions à ces faits importants et significatifs.

Je continuerai demain lundi.




Fidel Castro Ruz
Le 23 octobre 2011
18 h 10



Toute reproduction autorisée sous réserve de citer : http://doriot-univers.blogspot.com


mardi 25 octobre 2011

LE MARKETING DE LA FOLIE

La fausseté de l'approche darwinienne prouvée par l'assassinat de Kadhafi et la présentation qu'en font les médias




Par Nicole

La croyance en une constante évolution de l'homme en a berné plus d'un, à tel point que le seul mot qui convienne, et ce, dans toutes ses acceptions est le mot aveuglement. Il n'y a pas évolution mais régression magistrale.



Ce monde est régi par une famille de psychopathes nommée rothschild qui exerce un contrôle total sur la quasi totalité de la planète, la presse en premier lieu, et ne tolère aux postes de direction des nations occidentales aucune personne saine d'esprit. Que la faille se situe dans une médiocre image de soi assortie d'un besoin de surcompenser, dans une amoralité bien inscrite, une avidité sans borne, peu importe : n'accèdent aux postes de direction que des marionnettes qui peuvent tolérer des niveaux de dissonance cognitive auxquels ne résisterait pas la majorité.


La dette est la clé, remarquablement présentée dans le documentaire "rothschilds exposed" de Bill Still, la règle, l'escroquerie, la menace, l'intimidation et, plus que tout, la tromperie qui rend si difficile une juste évaluation. On trouve ainsi sur le web des articles remarquablement balancés et sourcés qui feraient adhérer sans réserve au site qui les présente. A ça près que ce ne sont qu'hameçons, prix à payer pour pouvoir, après, à loisir désinformer. Un article ne dit rien. Quel que soit le site, il faut toujours garder à l'esprit que ça ne concerne que cet article.


La presse donne à voir le degré de bassesse et de servilité que l'humain est capable d'atteindre, et c'est proprement consternant. Dans le même temps, ça met en relief la cohérence dans la folie que ces psychopathes ont délibérément inscrite. Quand on se drogue sans cesse avec des "médicaments" qui participent pour beaucoup à la débilité dont nous sommes témoins, il ne faut pas s'étonner de ne plus manifester aucune réaction normale. Un documentaire édifiant à cet égard est "Le marketing de la folie", long, mais dont la démonstration de principe est rapidement saisie. Il peut certes paraître excessif de poser que l'on ne trouve dans les médias que des personnes qui seraient accros aux drogues de toutes natures, et pourtant, quand on parle autour de soi, c'est une réalité qui se confirme assez vite. Le règne du contre-nature y domine, le principe de soumission et de recherche de solution à l'extérieur qui permet un contrôle extravagant y est fort répandu.


Soumission donc et coexistence de mondes excessivement différents qui, à certains égards, semblent vivre en parallèle. Ainsi dit-on de la famille rothschild que ce sont des talmudistes, ce que je crois. Pourtant, si l'on se fie à des sites tels que l'INREES qui documentent le rapprochement entre science et spiritualité qu'implique la connaissance, on ne peut que valider la réincarnation qui est, du reste, reconnue par le judaïsme.


Or la seule explication qui tienne quant à la trajectoire de cette famille se situe précisément dans une logique réincarnationiste, ainsi que je l'ai documenté dans cette catégorie Sorcières de Salem et réincarnation .


Ce qui me permet d'affirmer ça est le harcèlement que je subis depuis 14 ans, et qui défie l'entendement, tant la prise de risques était énorme. Il fallait un enjeu pour que le propos ait du sens, et le sens, dans cette vie-ci, j'ai beau chercher, je ne trouve rien qui justifie pareils risques.


Je ne sais pas jusqu'à quel point tout est noyauté, mais enfin la plainte en trois temps [1] [2] [3] que j'ai déposée contre Paul Maurer, l'internaute qui ne cesse de poster des reports d'abus et de créer des blogs pour me diffamer -il a fermé celui qu'il avait sur Over-Blog- est en cours d'étude, et il n'est pas exclu que sous la couche de ripolin que nous balancent les médias de façon continue, les mécanismes de contrôle se grippent, que l'on assiste de plus en plus à des prises de position telles que celle de Christian Graeff sur France Culture.


Je me trompe autant que je vois juste, vivant de façon permanente une double connexion sur mon ordinateur, ce à quoi rien ne m'avait préparée.


Si je ne voyais pas juste en ce qui concerne les rothschilds, ce blog n'existerait plus depuis longtemps. Qui peut concevoir qu'ils en aient anticipé l'existence ? Ils se sont réjouis des années durant de leur stratagème qu'ils trouvaient si brillant...sans mesurer que confrontée à l'insensé, une personne à peu près responsable cherche à comprendre et utilise tous les moyens à sa disposition.


Il n'est pas exclu qu'il en soit de même avec l'assassinat de Kadhafi auquel ma situation ne peut en rien se comparer, à ça près que ça défie l'entendement, et contraint ceux qui sont restés conséquents à se positionner, ainsi que l'a fait Christian Graeff.


Nous serions passés dans la période de déclin des rothschilds, je ne serais pas étonnée. Du reste, je ne vois pas ce qu'on pourrait leur souhaiter de mieux, vue la dette karmique qu'ils ont contractée. Pas exclu que david de rothschild se réincarne en carpe dans une flaque d'eau...ou toute autre situation comprenant la souffrance nécessaire pour contraindre au changement.


LE MARKETING DE LA FOLIE

La fausseté de l'approche darwinienne prouvée par l'assassinat de Kadhafi et la présentation qu'en font les médias




Par Nicole

La croyance en une constante évolution de l'homme en a berné plus d'un, à tel point que le seul mot qui convienne, et ce, dans toutes ses acceptions est le mot aveuglement. Il n'y a pas évolution mais régression magistrale.



Ce monde est régi par une famille de psychopathes nommée rothschild qui exerce un contrôle total sur la quasi totalité de la planète, la presse en premier lieu, et ne tolère aux postes de direction des nations occidentales aucune personne saine d'esprit. Que la faille se situe dans une médiocre image de soi assortie d'un besoin de surcompenser, dans une amoralité bien inscrite, une avidité sans borne, peu importe : n'accèdent aux postes de direction que des marionnettes qui peuvent tolérer des niveaux de dissonance cognitive auxquels ne résisterait pas la majorité.

La dette est la clé, remarquablement présentée dans le documentaire "rothschilds exposed" de Bill Still, la règle, l'escroquerie, la menace, l'intimidation et, plus que tout, la tromperie qui rend si difficile une juste évaluation. On trouve ainsi sur le web des articles remarquablement balancés et sourcés qui feraient adhérer sans réserve au site qui les présente. A ça près que ce ne sont qu'hameçons, prix à payer pour pouvoir, après, à loisir désinformer. Un article ne dit rien. Quel que soit le site, il faut toujours garder à l'esprit que ça ne concerne que cet article.

La presse donne à voir le degré de bassesse et de servilité que l'humain est capable d'atteindre, et c'est proprement consternant. Dans le même temps, ça met en relief la cohérence dans la folie que ces psychopathes ont délibérément inscrite. Quand on se drogue sans cesse avec des "médicaments" qui participent pour beaucoup à la débilité dont nous sommes témoins, il ne faut pas s'étonner de ne plus manifester aucune réaction normale. Un documentaire édifiant à cet égard est "Le marketing de la folie", long, mais dont la démonstration de principe est rapidement saisie. Il peut certes paraître excessif de poser que l'on ne trouve dans les médias que des personnes qui seraient accros aux drogues de toutes natures, et pourtant, quand on parle autour de soi, c'est une réalité qui se confirme assez vite. Le règne du contre-nature y domine, le principe de soumission et de recherche de solution à l'extérieur qui permet un contrôle extravagant y est fort répandu.

Soumission donc et coexistence de mondes excessivement différents qui, à certains égards, semblent vivre en parallèle. Ainsi dit-on de la famille rothschild que ce sont des talmudistes, ce que je crois. Pourtant, si l'on se fie à des sites tels que l'INREES qui documentent le rapprochement entre science et spiritualité qu'implique la connaissance, on ne peut que valider la réincarnation qui est, du reste, reconnue par le judaïsme.

Or la seule explication qui tienne quant à la trajectoire de cette famille se situe précisément dans une logique réincarnationiste, ainsi que je l'ai documenté dans cette catégorie Sorcières de Salem et réincarnation .

Ce qui me permet d'affirmer ça est le harcèlement que je subis depuis 14 ans, et qui défie l'entendement, tant la prise de risques était énorme. Il fallait un enjeu pour que le propos ait du sens, et le sens, dans cette vie-ci, j'ai beau chercher, je ne trouve rien qui justifie pareils risques.

Je ne sais pas jusqu'à quel point tout est noyauté, mais enfin la plainte en trois temps [1] [2] [3] que j'ai déposée contre Paul Maurer, l'internaute qui ne cesse de poster des reports d'abus et de créer des blogs pour me diffamer -il a fermé celui qu'il avait sur Over-Blog- est en cours d'étude, et il n'est pas exclu que sous la couche de ripolin que nous balancent les médias de façon continue, les mécanismes de contrôle se grippent, que l'on assiste de plus en plus à des prises de position telles que celle de Christian Graeff sur France Culture.

Je me trompe autant que je vois juste, vivant de façon permanente une double connexion sur mon ordinateur, ce à quoi rien ne m'avait préparée.

Si je ne voyais pas juste en ce qui concerne les rothschilds, ce blog n'existerait plus depuis longtemps. Qui peut concevoir qu'ils en aient anticipé l'existence ? Ils se sont réjouis des années durant de leur stratagème qu'ils trouvaient si brillant...sans mesurer que confrontée à l'insensé, une personne à peu près responsable cherche à comprendre et utilise tous les moyens à sa disposition.

Il n'est pas exclu qu'il en soit de même avec l'assassinat de Kadhafi auquel ma situation ne peut en rien se comparer, à ça près que ça défie l'entendement, et contraint ceux qui sont restés conséquents à se positionner, ainsi que l'a fait Christian Graeff.

Nous serions passés dans la période de déclin des rothschilds, je ne serais pas étonnée. Du reste, je ne vois pas ce qu'on pourrait leur souhaiter de mieux, vue la dette karmique qu'ils ont contractée. Pas exclu que david de rothschild se réincarne en carpe dans une flaque d'eau...ou toute autre situation comprenant la souffrance nécessaire pour contraindre au changement.

lundi 24 octobre 2011

LA LIBYE ETAIT SOUS LE JOUG D' UN DICTATEUR DIT-ON !



  MESSAGE A VOUS, GENS DE MEDIAS


C'est vous qui faites (ou défaites) la conscience du monde.




Le 4e pouvoir, ce chien de garde si essentiel pour la santé de la démocratie et la protection des citoyens.
Dans quel monde vivons-nous ?
Nous nous réjouissons, avec votre aide, devant des cadavres sanglants.


Ces cadavres d'Êtres Humains que vous déshumanisez consciemment ou inconsciemment, mais totalement efficacement.




Vous approuvez et même faites la promotion de l'inhumanité.
Je suis sévère dans mon jugement.
Aie-je le droit de m'indigner ?




La Libye était sous le joug d'un dictateur dit on!
La Grande Jamahiriya arabe libyenne n'était pas une démocratie selon nos règles, mais ce Pays que l'on surnommait la Suisse de l'Afrique avait un bilan plus que respectable, on pourrait dire «enviable» (surtout pour le continent africain).
Voilà ce que les citoyens du Pays dudit dictateur avait droit:
1-L’électricité à usage domestique était gratuite !
2 - L’eau à usage domestique était gratuite !
3- Le prix d’un litre d’essence était de 0,08 EUROS !
4- Les banques libyennes accordaient des prêts sans intérêts !
5- Les citoyens n’avaient pas d’impôts à payer, et la TVA n’existait pas !
6- La Libye était le dernier pays dans la liste des pays endettés! La dette publique était à 3,3% du PIB ! En France, elle est à 84,5% ! Aux US, 88,9% ! Aux Japon à 225,8% !
7- Le prix pour l’achat d’une voiture (Chevrolet, Toyota, Nissan, Mitsubishi, Peugeot, Renault...) était au prix d’usine (voitures importées du Japon, Corée du Sud, Chine, États unis...) !
8- Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le « gouvernement » attribuait une bourse de 1 627,11 Euros par mois !
9- Tout étudiant diplômé recevait le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouvait pas d’emploi !
10- Lorsqu’un couple se mariait, l’ État » payait le premier appartement ou maison (150 mètres carrés) !
11- Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, recevait une aide de 300 EUROS par mois !
12- Pour tout employé dans la fonction publique, en cas de mobilité nécessaire à travers la Libye, l’État fournissait une voiture et une maison gratuitement. Et quelque temps après, ces biens appartenaient à l'employé.
Voilà les méfaits de cette dite dictature.
Une dictature...
Pourquoi donc cette réduite "Communauté Internationale" appelle DICTATURE un tel régime, alors que la reine d’Angleterre, le roi de Belgique, l’empereur du Japon... doivent mourir au pouvoir avant d’être remplacé?  

Vous rencontrez beaucoup de Libyens ayant fui leur pays ?
Sûrement pas.  La Libye est le Pays ayant une des moins grandes diasporas.
Toute l'Afrique voulait vivre en Libye.
Messieurs, aviez-vous eu la chance d'écouter le discours de Kadhafi à l'ONU en 2009.
Eh bien !   Jamais plus vous n'aurez cette chance.
L'ONU cet organisme ayant pour mission de favoriser la Paix a fait DISPARAITRE à jamais toute trace de son discours, autant vidéo que texte !
Est-ce admissible, Monsieur, vous qui êtes journaliste, est-ce un geste admissible ou un geste à dénoncer vertement ?
On efface de l'Histoire tout ce qui nuit à la caricature qu'on nous fait haïr pour obtenir notre accord à la guerre et aux tueries immondes que l'on fait au non des droits humains.  Une guerre «humanitaire», monsieur, ne voyez-vous pas toute l'absurdité de ce paradoxe ?
Pourquoi un tel paradoxe faisant insulte à l'intelligence humaine n'est pas vertement dénoncé par les médias ?
Par la caricature et le manque flagrant d'information véritable, on nous fait «HAÏR».
Haïr au point d'être réjoui à la vue de corps ensanglantés !
Haïr au point de vouloir des guerres.
Maintenant ce sera le tour de la Syrie.
On va probablement assassiner Bachar al-Assad.
On en fera une autre caricature sanguinaire.  On va déshumanisé totalement ce médecin.
Al-Assad (fils) tout comme Kadhafi a bien sûr des défauts.
Notre premier Charest et premier Harper ont aussi des défauts.
Nous avons tous des défauts et aucun Pays n'est un paradis.
Mais faut-il applaudir pour autant les massacres d'une armée impériale sophistiquée?
Faut-il fermer les yeux sur les atrocités qu'elle commet ?
Fermer les yeux comme fera Monsieur Leprince ce soir dans son émission.
Messieurs, il faut rester «Humain».
La guerre et la mort, ce ne sont pas des jeux "inoffensifs" et encore moins «humanitaires».
Merci de m'avoir lu,
Serge Charbonneau


Toute reproduction autorisée sous réserve de citer : http://doriot-univers.blogspot.com

dimanche 23 octobre 2011

LIBYENS CONTRE LIBYENS







Ils ont donc fini par le tuer. Depuis le début, ils ont cherché à le faire. Les frappes de l'OTAN le cherchaient sans arrêt. Mais aujourd'hui, tel Ponce Pilate, ils veulent s'en laver les mains. Ponce Pilate  avait livré Jésus  aux marchands du Temple et aux grands prêtres proches des Romains. Il avait préféré  laissé les collaborateurs de l'empire Romain décider de sa mise à mort. Pour Kadhafi, l'OTAN a fait l'essentiel du travail, mais il a laissé faire le sale travail,  finir le travail  à des Libyens contre un autre Libyen.  Le crime était presque parfait, mais il y a eu d'abord cet anonyme qui a filmé et mis ces images sur You tube, puis les images d'une extrême cruauté de cette hystérie collective hallucinante  sur le site "The Global Post". Il a bien fallu ensuite trouver des explications.
Le colonialisme a toujours agi ainsi: libyens contre libyens, algériens contre algériens, vietnamiens contre vietnamiens, irakiens contre irakiens.  Faire ainsi coup double: éliminer l'ennemi,  Kadhafi, et tenter de faire perdre son âme à tout un peuple, en tentant de faire peser sur sa conscience un acte ignoble.
Mais pourquoi l'OTAN a-t-il si peur de dire la vérité, qu'il est le véritable responsable de cet assassinat  car les autres ne sont que des exécutants. Pourquoi cette campagne médiatique inouïe, acharnée, non seulement pour dégager sa responsabilité de ce crime, mais pour dévaloriser et salir sans cesse la personne de Kadhafi. Il ya certes la tentative bien vaine de faire encore croire que l'OTAN a agi dans le cadre de la résolution 1973 de l'ONU, que son but était  de protéger des populations civiles et non d'intervenir comme belligérant dans cette guerre pour abattre le régime libyen. Il y a aussi l'éventualité d'une accusation de crime de guerre, Kadhafi ayant été fait prisonnier puis assassiné. Mais on découvre soudain que cette campagne traduit au fond une peur, celle que les dominants ont toujours, la peur de leurs victimes, la peur de la mémoire des peuples. En effet, pourquoi parler autant de Kadhafi s'il est une personnalité aussi monstrueuse, aussi misérable qu'il est décrit  dans les médias occidentaux et les medias arabes qui leur sont liés. Pourquoi lui consacrer autant de temps. Pourquoi cette obsession  le concernant.
J'avais toujours été impressionné par la rage de Rome envers Hannibal et Jugurtha. Ils les avaient traqués partout, sans leur laisser un endroit où se refugier dans le monde connu de cette époque, menaçant quiconque leur donnerait asile, alors même qu'ils ne représentaient plus un danger militaire. Comme Kadhafi.., ai-je songé le jour de sa mort. N'avait il pas d'ailleurs appelé l'un de ses fils Hannibal, comme une provocation, comme un symbole, comme une continuité de la lutte de ses ancêtres, de l'ancienne à la nouvelle Rome.
                                                                          LA TACHE
Déjà la vérité commence à se frayer un chemin dans le torrent de mensonges dont on a voulu inonder la planète au  sujet de la Libye. C'est ainsi qu'on découvre stupéfait qu'il n'y a aucune image, aucune preuve des allégations qui ont permis le déclenchement de l'intervention de l'OTAN: aucune preuve sur l'allégation que l'aviation de Kadhafi  bombardait Benghazi et qu'il y avait des milliers de morts.   On apprend que le responsable de la ligue des droits de l'homme libyen, à l'origine de ces allégations, qui ont été à la base de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est en réalité lié au CNT libyen et que des ministres du CNT sont membres de cette Ligue. 
Lumumba avait été tué par d'autres congolais, Che Guevara par un bolivien pour le pays duquel il luttait pourtant,  Kadhafi par d'autre libyens. Certes la vie de chacun est différente, plus ou moins exemplaire, plus ou moins "pure", plus ou moins glorieuse, plus ou moins critiquable. Ils n'ont peut être pas tous la même dimension. L'Histoire fera le tri. Elle dira les mérites et les fautes de chacun.  Mais ils ont en point commun d'avoir refusé la domination étrangère sur leur pays ou leur continent, d'avoir refusé de se soumettre, d'avoir préféré la mort à la honte de l'esclavage, d'avoir voulu mourir debout, la tête haute. J'ai souvenir de  ces images de Lumumba, ligoté mais qui gardait la tête haute et fière, même lorsqu'on le  trainait dans la poussière pour la lui faire baisser. 50 ans après, le même geste chez Kadhafi quand ils  le ballotent, le brutalisent, le frappent  et qu'il tente quand même de rester debout,  et qu'il s'efforce, le cou raide, tendu, de dresser la tête sous les coups. Ils ont tous en commun ce qu'on appelle le courage, ceci personne ne pourra le leur nier, et encore moins ceux qui bombardent du ciel,  sans risques  des villes et des populations, ou qui lynchent.
Certains aujourd'hui  se félicitent de l'intervention militaire étrangère tout en déplorant les violences qui s'en sont suivies, la guerre civile qu'elle y a enflammée, la destruction du pays, et jusqu'à la façon avec laquelle a été assassiné Kadhafi et probablement ses fils et bien d'autres. Quelles contradictions, quelle naïveté feinte ou alors quelle cécité! Qu'attendaient-ils de la violence extrême de cette intervention militaire ?  Quand le colonialisme a-t-il eu un état d'âme, une pitié quelconque. Peut on être si aveugle pour ne pas comprendre que le véritable objectif sont les richesses de la Libye et qu'il ne s'agit que de rapine et de brigandage international.
En tout cas, ils ont rendu au fond le meilleur service à Kadhafi. Il avait voulu ne jamais quitter son pays, y mourir debout. Ils ont exaucé son souhait. D'un coup, ils l'ont réhabilité, ils l'ont lavé de tous ses péchés, de toutes ses fautes et l'ont fait rentrer dans l'Histoire, comme celui qui a refusé la soumission. Mais pour les autres, tous les autres, les commanditaires comme les exécutants, ils sont souillés à jamais  Comme Ponce Pilate, ils auront beau se laver les mains, la tache est indélébile.

LE TESTAMENT DE MOUAMMAR EL KADHAFI



«Algérie-Focus.Com» publie la dernière lettre d’El Kadhafi, rédigé 3 jours avant sa mort


Quelques jours avant sa mort, le Guide libyen déchu avait rédigé un testament qu’il avait transmis à trois de ses proches. L’un d’entre eux a été tué, un autre emprisonné et le troisième s’est enfuit vers une destination inconnue. Un site libyen a publié ce qui est donné comme étant le testament de Mouammar El Kadhafi, rédigé quelques jours avant sa mort. «Algérie-Focus.Com» l’a traduit.


“Au nom de Dieu le clément et miséricordieux
Ceci est mon testament, moi, Mouammar Bin Mohammed Bin Abdessalam Bin Humaïd Bin Aboumeniar Bin du Naïl Al Fohsi Al Kadhafi.
Je témoigne qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mohammed est son Messager et que je mourrais sur la doctrine des sunnites et d’El Djamaâ.



Mes volontés dernières sont :


- Que je ne sois pas lavé à ma mort et que je sois enterré selon le rite islamique et ses enseignements dans les vêtements que porterais à ma mort.


- Que je sois enterré au cimetière de Sirte, à côtés de ma famille et de ma tribu.


- Que ma famille soit bien traitée surtout les femmes et les enfants.


- Que le peuple libyen sauvegarde son identité, ses réalisations, son histoire et l’image de ses ancêtres et ses héros et qu’il ne soit pas attaqué dans les sacrifices de ses hommes libres.


- Que continue la résistance à toute agression étrangère subie par la Jamahiriya, aujourd’hui, demain et pour toujours.


- Que soient convaincus les hommes libres de la Jamahiriya que nous aurions pu monnayer, avec notre cause, une vie personnelle meilleure, stable et en sécurité. Nous avions eu tant de propositions, mais nous avons choisi d’être au front par devoir et honneur. Et même si nous ne gagnons pas aujourd’hui, nous allons offrir une leçon aux générations futures pour qu’elles puissent gagner, car le choix de la Nation est la bravoure et la vendre est une trahison que l’Histoire retiendra ainsi et pas autrement.


Que soit transmis mon salut à chaque membre de ma famille et aux fidèles de la Jamahiriya ainsi qu’aux fidèles de part le monde qui nous ont soutenu ne serait-ce qu’avec le cœur.


Que la paix soit sur vous, tous.


Mouammar El Kadhafi


Sirte, 17/10/2011″Traduit par Rédaction algerie-Focus.com

samedi 22 octobre 2011

QUI A VRAIMENT TUE KADHAFI






 Les images de Kadhafi lynché et tué par une foule féroce de miliciens ont été diffusées à l’échelle mondiale, pour démontrer qu’en Libye il s’est agi d’une rébellion populaire qui s’est terminée par le renversement de l’odieux dictateur.

Version simpliste, appartenant aux puissantes « armes de distraction de masse » utilisées dans l’opération Protecteur Unifié.

Toute autre est la réalité qui vient au jour, comme le montre la reconstruction documentée des événements faite le 21 octobre par le quotidien britannique The Telegraph.

  Après avoir joué un rôle clé dans la conquête de Tripoli, les agents de la Cia et du service secret britannique MI6, qui opèrent sur le terrain en Libye, se sont concentrés sur la chasse à Kadhafi, qui avait échappé aux bombardements massifs de l’OTAN.

Tandis que les drones et autres avions espions, dotés des appareils les plus sophistiqués, survolaient jour et nuit la Libye, des forces spéciales étasuniennes et britanniques passaient au crible la zone de Syrte, probable refuge de Kadhafi. Celui-ci a été obligé, ces dernières semaines, de rompre le silence téléphonique, en utilisant un portable peut-être de type satellitaire. La communication a été interceptée, confirmant sa présence dans la zone.

  Quand un convoi de plusieurs dizaines de véhicules est sorti de la ville, il a immédiatement été repéré par les avions espions : un Rivet Joint étasunien (qui peut repérer l’objectif à 250 Kms de distance), un C160 Gabriel français et un Tornado Gr4 britannique.

A ce moment là, un drone Predator étasunien, qui avait décollé de Sicile et télécommandé via satellite depuis une base proche de Las Vegas, a attaqué le convoi avec de nombreux missiles Hellfire.

Même si cela n’est pas spécifié, il s’agit d’un des Predator MQ-9 Reaper déployés à Sigonella (Sicile), où se trouve le personnel affecté à l’approvisionnement et à la manutention, et conduits par un pilote et un spécialiste des senseurs, tous deux assis à leur console aux Etats-Unis, à plus de 10mille Kms de distance. Le Reaper, en mesure de transporter une charge guerrière d’une tonne et demi, est armé de 14 missiles Hellfire (« feu d’enfer ») à tête antichar, explosive à fragmentation ou thermobarique. Immédiatement après, le convoi a été frappé aussi par des chasseurs bombardiers français Mirage-2000 avec des bombes Paveway de 500 libbres et des munitions de précision Aasm (Armement Air-Sol Modulaire), elles aussi à guidage laser. Cette attaque a été décisive pour la capture de Kadhafi.

  Ces faits démontrent que, en réalité, c’est l’OTAN qui a capturé Kadhafi, en le poussant dans les mains de miliciens musulmans de Misrata, animés d’une particulière haine à son égard. Et que c’est l’OTAN qui a vaincu cette guerre non seulement en larguant sur la Libye 40-50mille bombes en plus de 10mille missions d’attaque, afin d’ouvrir la voie aux « rebelles », mais en infiltrant en territoire libyen services secrets et forces spéciales pour réaliser et diriger les opérations de guerre. Le plan  -décidé à Washington, Londres et Paris- était d’éliminer Kadhafi, qui dans un procès public aurait pu révéler des vérités incommodes pour les gouvernements occidentaux. Il n’est donc pas exclu que parmi la foule de miliciens hurlants, derrière le « jeune homme au pistolet en or » à qui on attribue le meurtre de Kadhafi, il y avait bien plus d’experts killers de profession.


Manlio Dinucci
 Edition de samedi 22 octobre 2011 de il manifesto
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio
http://www.ilmanifesto.it/

KADHAFI A REELLEMENT ETE ASSASSINE









Déclaration de Kadhafi  dans sa dernière lettre à l'assemblée des nations unies: 

<< En ce moment il y a une très grave menace pour la paix mondiale>>dit-il.

Un nouveau cycle de guerre qui a débuté en libye avec l'objectif de rafraîchir le système capitaliste mondial.

Il savait que son pays serait touché dans ce cycle et que la Syrie suit, selon les mêmes procédés. En l'absence d'un média anti-impérialiste efficace capable de dénoncer les ruses et les mensonges des médias globaux, c'est le devoir de tous les gens progressistes que de se lever pour défendre les pays souverains de l'hémisphère sud, qui comme la Libye et la Syrie sont  des épines dans le dos de l'occident. Sinon elles seront abattues une après l'autre et rôties sur le feu mourant de l'impérialisme déclinant.

Kadhafi à réellement été assassiné. Dans cet article 
http://www.channel4.com/news/mutassim-was-in-charge-not-gaddafi-says-bodyguard  son garde du corps le confirme. Et nombre de sites qui lui étaient favorables ne l'énoncent pas encore, craignant une énième psyop. L'occident, déjà perçu comme impérialiste et criminel en rajoute avec ces mensonges à répétition qui incitent à ne plus croire ses médias. 

Contrairement à ce qui est diffusé partout, et ainsi qu'en témoigne cette journaliste dans cette vidéo déjà postée, Kadhafi avait une grande popularité :






SELFIE