mercredi 17 avril 2013

CAMP NAZI ALSACE







Camp de concentration de Natzwiller-Struthof
Par Pierre-André Doriot

L'un des camps de concentration les plus meurtriers avec Mauthausen et Auswitch

Le Struthof est un lieu-dit sur la commune de Natzwiller, dans le département du Bas-Rhin, en France.
Il désignait une station de villégiature au début du XXe siècle.

Il est désigne communément le camp de concentration de Natzwiller-Struthof, actif de 1941 à 1944. Le camp de
concentration de Natzwiller-Struthof[1] est le seul camp de concentration sur le territoire aujourd'hui français. Lors de sa création, l'Alsace et la Moselle avaient été annexées par le Troisième Reich. Il a été installé au Struthof, un lieu-dit dans les hauteurs de la commune de Natzwiller (Bas-Rhin), durant la Seconde Guerre mondiale. Son nom allemand était KL Natzweiler-Struthof, KL pour Konzentrationslager, soit en français « camp de concentration ».

Le Struthof est avec Mauthausen l’un des camps les plus meurtriers du système concentrationnaire nazi, avec un taux de mortalité de plus de 40 %.

ROTHAU, les déportés arrivaient de toute l'Europe épuisés par le voyage à la gare de Rothau. Ils étaient dirigés par les SS et leurs bergers Allemand en direction du camp de concentration Struthof. La marche était interdite dans le camp. Ceux qui n'avaient pas l'habitude de travailler physiquement étaient les premières victimes. Le Struthof était le seul camp à avoir une pente d'environ 20%, ce qui le rendait plus dur et plus meurtrier, que tous les autres.

ENTREE DU CAMP NAZI

52 000 détenus
31 nationalités
22 000 détenus






FACE A LA NECROPOLE

A l'emplacementde la nécropole, en surplomb du camp, se trouvaient différentes baraques. Celle située juste au-dessus de l'entrée du camp abritait l'administration où étaient enregistrés les déportés et conservés leurs dossiers administratifs. D'autres abritaient cordonnerie, divers ateliers et réserves de charbon. En 1943, une deuxième baraque fut construite pour l'habillement.






Le Mémorial et la nécropole nationale de la déportation de Natzweiler-Struthof




Au-dessus se trouvaient les baraques réservées aux SS: dortoirs, infirmerie, cantine et même une salle de cinéma. La garnison du KL-Natzweiler était composée de 80 SS Totenkopf (tête de mort): officiers, sous-officiers et homme de troupe. Les commandants, à l'exeption de Josef Kramer, et les officiers habitaient des villas dans la vallée.



LE BLOCK CUISINE





La faim


C'est dans ce block que des déportés préparaient les rations de leurs camarades. Il comprenait une grande cuisine, un gigantesque évier de pierre, une chambre froide ainsi que le bureau et les sanitaires du SS chargé du block.
Le régime alimentaire des déportés est des plus rudes. Leur ordinaire se compose le mation d'un demi-litre de jus d'orge, à midi d'un litre de soupe liquide de rutabaga ou de chou, le soir d'un demi-litre de tisane, d'un morceau de pain, d'une petite portion de margarine ou de saucisson. Le dimanche à midi, les déportés ont droit à une soupe un peu plus épaisse, où trainent parfois quelques morceaux de viande.
Toute la nourriture est de qualité exécrable.
Les déportés doivent manger dans leur baraque, très rapidement. Ceux qui n'ont pas de gamelle doivent compter sur la solidarité de leurs camarades pour s'en faire prêter une.

Plus les déportés, sous -alimentés, la fin devient vite une obsession. Ils finissent par envier le contenu des gamelles des chiens SS. Ils se récitent aussi des recettes de cuisine dans l'espoir de tromper leur faim









Un camp de concentration nazi en Alsace

Peu après l'annexion de l'Alsace par le Reich nazi, Himmler, alors chef de la Gestapo, et Oswald Pohl, chef principal d’économie de la SS eurent l'idée d'installer des camps a proximité des carrières afin d'y faire travailler les déportés dans le cadre de la "Deutsche Erd- und Steinwerke (de) " (DEST), entreprise minière SS créée par Himmler.C'est au court d'un voyage d'observation qu'Albert Speer, architecte du Reich, nota la présence d'un Granit rose extrêmement rare dans la région.La décision fût alors prise d'y installer un camps visant a l'extraction du Granit par les déportés.C'est le géologue colonel SS Karl Blumberg qui trouva le meilleur site pour l'extraction du dit Granit et qui détermina donc l'emplacement du futur camp[2].


Sous le nom de « KL Natzweiler-Struthof », le camp est officiellement ouvert le 21 avril 1941. Environ 80 SS en assurent l'encadrement et l'administration[3]. Prévu initialement pour recevoir un total de 2 000 prisonniers, le camp-souche du KL en compte près de 7 000 à la fin du mois d'août 1944. Il comprend aussi environ 70 kommandos, camps annexes répartis en Alsace, en Moselle, et surtout en Allemagne.

Le Struthof fonctionne jusqu'à son évacuation par les SS au début du mois de septembre 1944, face à l'avance des troupes alliées. Le 23 novembre 1944, la 6e armée américaine pénètre dans un KL totalement vidé de ses occupants, répartis dans d'autres camps de concentration (notamment celui de Dachau) ou kommandos. Le KL Natzweiler-Struthof est le premier camp de concentration nazi découvert par les forces alliées à l'Ouest de l'Europe.

Après l'évacuation du camp-souche, l'administration SS s'installe dans le camp annexe de Guttenbach. Les kommandos du Struthof situés à l'est du Rhin continuent de fonctionner, toujours sous la dénomination de KL Natzweiler-Struthof, et à recevoir de nombreux déportés jusqu'à la capitulation allemande[4].

À l'instar des camps de Mauthausen et de Gusen, le KL Natzweiler-Struthof était classé « Camp de niveau III » (Lagerstufe III) [5], ce qui signifiait qu'il était destiné à être l'un des camps les plus durs du système concentrationnaire. Son objectif était l'anéantissement des « ennemis politiques incorrigibles du Reich »[6].

Le nombre total de déportés qui ont été internés dans le camp même ou l'un de ses kommandos est estimé à environ 52 000[7]. Ils sont en majorité originaires de Pologne, d'Union soviétique, puis de France, des Pays-Bas, d'Allemagne et de Norvège. Des milliers de Juifs, pour la plupart originaires de Hongrie et des ghettos de Pologne, sont internés à partir de 1944 dans des kommandos extérieurs au camp-souche.

Les conditions inhumaines de travail et de détention, la malnutrition, les sévices des kapos et des SS ainsi que les nombreuses exécutions par balle ou pendaison[8] ont provoqué la mort d'au moins 22 000 détenus. Entre la fin mars et la fin avril 1945, l'évacuation des derniers kommandos du KL-Natzweiler, lors des « marches de la mort », a coûté la vie à environ 5 000 déportés.







Dirigé d'octobre 1942 jusqu'en mai 1944 par le sinistre Joseph Kramer, le Struthof est avec Mauthausen l'un des camps les plus meurtriers du système concentrationnaire nazi, avec un taux de mortalité de plus de 40 %[9].



Les exécutions massives

Le camp a par ailleurs servi de centre d'exécution pour de nombreux résistants issus de la majeure partie des pays occupés par l'Allemagne nazie et condamnés par la Gestapo. Le déporté Aimé Spitz témoigne : « Hors du camp, à quelque 100 mètres, se trouvait une sablière. C'est là qu'environ cinq cents camarades furent fusillés, soit à coups de mitraillette, soit à coups de revolver dans la nuque. Un soir de printemps 1944, après 18 heures, 11 Luxembourgeois appartenant à la Résistance furent fusillés dans cette sablière. Ce genre d'exécution, ordonnée par le ministère de la Sûreté d'État de Berlin, avait lieu le soir après l'appel. Chaque fois que nous apercevions le soir des arrivants devant la Schreibstube (secrétariat du camp), nous savions qu'il s'agissait d'une Sonderbehandlung (manipulation spéciale). Ce genre de détenus ne figurait pas, la plupart du temps, dans le fichier du camp. Ils étaient amenés par la Gestapo pour être exécutés. Leurs corps étaient ensuite transportés au crématoire, de sorte qu'il n'y avait de trace nulle part[10]. »

Les exécutions de ce type ne sont en effet la majeure partie du temps pas répertoriées dans les registres du camp, ce qui rend difficile, voire impossible, le comptage rigoureux et l'identification des victimes.

Peuvent néanmoins être mentionnés les faits suivants :





























  • En 1943, treize jeunes gens originaires de Ballersdorf dans le Haut-Rhin sont fusillés à la carrière pour avoir refusé leur incorporation dans la Wehrmacht et tenté de quitter la zone annexée ;

  • Quatre femmes, deux Britanniques et deux Françaises, agents de la Special Operations Executive, un service secret britannique, sont exécutées par injection le 6 juillet 1944. Une plaque commémorative apposée à l'entrée du four crématoire rappelle leurs noms : Diana Rowden, Vera Leigh, Andrée Borrel et Sonia Olschanesky ;

  • Dans la nuit du 28 au 29 juillet 1944, un avion anglais Lancaster s'écrase au pied du Mont Sainte-Odile. Le sergent F. H. Habgood (21 ans) a sauté en parachute de l'avion avant qu'il ne s'écrase et atterri au Langen Weg, à Ottrott. Il est alors pris en charge par la population pour être remis à la Résistance. Dénoncé à la Gestapo, il est ensuite interné au camp de Schirmeck, d'où il parvient à s'échapper. Le SS Peter Straub le capture à Niederhaslach et le fait exécuter par pendaison le 31 juillet 1944 au KL Natzweiler-Struthof. Son corps n'a jamais été retrouvé ;

    Face à l'avancée des troupes alliées, les SS commencent à massacrer systématiquement certains détenus, particulièrement les résistants français, qui arrivent en grand nombre au camp.
    Ainsi, dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1944, 107 résistants du mouvement Alliance et 33 membres du Groupe mobile Alsace-Vosges sont expédiés au Struthof pour y être exécutés d'une balle dans la nuque, puis immédiatement incinérés dans le four crématoire. En trois jours, ce seraient 392 prisonniers (92 femmes et 300 hommes)[11] qui auraient été assassinés au Struthof, parmi lesquels le maire de la ville de la Rochelle le colonel Léonce Vieljeux[12].

    3.5. Les expériences médicales== Les « expériences médicales » == Le camp est aussi connu pour des « expériences » pseudo-scientifiques qui y furent pratiquées sur des détenus[13]. À cet effet avait été aménagée une salle de dissection.

    Une chambre à gaz était située en contrebas du Struthof ; elle a été construite par la Waffen-SS les 3 et 12 août 1943 dans une dépendance de l'ancien hôtel[14]. Elle est utilisée du 11 au 19 août 1943 pour l'exécution de détenus : 57 hommes et 30 femmes, internés à Auschwitz, sont envoyés au camp du Struthof pour y être assassinés avec des sels cyanhydriques (Zyklon B ?)[15]. Une personne ayant été préalablement exécutée par balle pour rébellion, ce sont finalement 86 personnes de « race juive » qui sont gazées personnellement par le commandant SS du camp, Joseph Kramer.
    Lors de son procès Kramer ne parle pas des classiques petits cailloux gris bleuâtres qui servent à décrire le Zyklon B, mais d'une poudre blanche dans un flacon que lui a donné August Hirt, et il a fallu un écoulement d'eau pour obtenir un dégagement gazeux ; selon Kogon (op. cité p. 260), il s'agit probablement d'un autre composé cyanhydrique concocté par Hirt, cyanure de potassium ou de sodium avec un acide organique, cette composition dégageant de l'acide cyanhydrique en présence d'eau. Le professeur
    August Hirt, SS-Hauptsturmführer et proche de Heinrich Himmler, avait pour objectif à travers ces gazages de constituer une collection de « crânes de commissaires bolcheviks juifs[16] » pour l'Institut Anatomique de Strasbourg[17],[18], avant que « la race juive » ne soit anéantie[19] ; en effet, Himmler « faisait des études sur les crânes de « commissaires judéo-bolchéviques » destinés à permettre une définition typologique du « sous-homme » »[20]. Hirt mena aussi de nombreuses expérimentations sur l'utilisation du Gaz moutarde[21].
    La chambre à gaz a été par la suite utilisée pour 15 expériences de toxicité du gaz phosgène par un virologiste, Otto Bickenbach, sur des détenus de droit commun et des Tziganes[22].

    Un autre médecin SS, le professeur Eugen Haagen, a pratiqué au Struthof des injections de lèpre, peste et autres maladies sur des détenus de manière à observer les effets de ces contaminations ; plusieurs traitements étaient essayés pour une même maladie. L’expérience terminée, si les sujets n’étaient pas morts, ils étaient assassinés et incinérés.

    Afin de mener à bien ses expériences sur le typhus, Von Haagen se fait aussi remettre environ 200 Tziganes arrivés directement d'Auschwitz au Struthof durant les mois de novembre et décembre 1943. Début 1944, les Tziganes sont mis à sa disposition. 150 d'entre eux sont immunisés contre le typhus exanthématique, les 50 restants étant réservés comme témoins. À l’ensemble des 200 cobayes est ensuite inoculé par scarification au bras le germe du typhus[23].

    Les diverses séries d'expériences font des centaines de victimes parmi les déportés du camp. Elles entraînent en outre une épidémie de typhus durant l'année 1944.[réf. souhaitée]



    LES PENDAISONS
    La pricipale place d'appel,située en haut du camp, est également le lieu des pendaison. Tous les déportés sont contraints d'y assister. Celle de Noèl 1943 à particulièrement marqué les déportés qui étaient présent. Le condamné, un déporté allemand, arrive au camp au début du mois de décembre, avait reçu 100 coups de bâton assénés par quatre SS sur la place d'appel devant tous les déportés réunis un soir sous les projecteurs. Emmené à demi mort au block cellulaire, il n'en est sorti que pour être pendu le jour de Noèl 1943. Le commandant Kramer et ses adjoints, fumèrent le cigare, debout, à côté de la potence
















    LE RAVIN DE LA MORT

    Les << tentatives d'évasion >>

    Un barbelé, accroché à des petits piquets de 30 cm de haut, courait le long du chemin descendant vers la baraque crématoire. Sur l'un des piquets était fixée une pancarte avec l'insigne des SS Totenkopf: une tête de mort. Si un déporté franchissait ce barbelé, accidentellement ou poussé volontairement par un SS, il était aussitôt abattu par la sentinelle postée sur un mirodor. Le geste du déporté était considéré comme << une tentative d'évasion >>.
    Des déportés ont également été abattus au motif de pseudo tentatives d'évasion au-delà de la double enceinte électrifiée. A l'été 1943, un kommando de NN français a été affecté à des travaux de terrassement hors du camp, à l'emplacement de l'actuelle nécropole. Ils devaient déverser des brouettes pleines de pierres au bas du talus situé au pied du mirador d'angle. S'ils franchissaient ce talus, entrainés par le poids des pierres, ils étaient aussitôt abattus. Les déportés ont donné à ce ravin, qu'ils ont comblé et qui n'existe donc plus aujourd'hui, le nom << ravin de la mort >>.





    Le four
    Les premiers déportés morts au camp sont incinérés à Strasbourg. En 1943, un premier four est construit à proximité de l'auberge du Struthof. La création du block crématoire du camp démarre à la fin du mois d'avril 1943 et le four y est installé fin octobre. La cheminée est haute de neuf mètre. Sous le sol du four se trouve la morgue, qui sert aussi de lieu d'exécution. Les cadavres sont ensuite montés par la civière placée à droite du four. La chaleur dégagée par leur incinération sert à chauffer l'eau des douches. Le transport des corps à la morgue, leur incinération et le déversement des cendres dans la fosse sont assurés par un kommando qui ne comprendra jamais plus de cinq déportés.





    La civière




    Les cadavres sont acheminés depuis la morgue du sous-sol, qui servait également de lieu d'exécution, jusqu'au four, pour l'incinération.




    Le block cellulaire

    Les cellules


    Dans le block cellulaire, aussi appelé Bunker, il existe deux types de cellules: les plus grandes avec une couchette en bois, où les déportés étaient parfois entassés à plus de 20; et les plus petites, véritables cages, où les déportés devaient rester accroupis, dans l'obscurité totale. C'est là qu'étaient généralement enfermés les déportés condamnés à la pendaison dans l'attente de leur exécution.

    La durée des peines de cachot pouvait varier de 3 à 42 jours. Les déportés condamnés au Bunker ne recevait de la nourriture que tous les trois jours. Un simple retard à l'appel pouvait entraîner une bastonnade suivie d'une peine de prison.



    Le chevalet de bastonnade




    Lorsqu'un déporté était condamné à une peine de bastonnade, ce chevalet était installé sur la principale place d'appel (la plus haute). Le déporté devait compter les coups de matraque à haute voix et en allemand, sous peine d'une reprise à zéro. Le nombre de coups variait en fonction de la punition : 5 coups pour vol de pommes de terre, 10 pour vol de colis, 15 pour expédition clandestine de lettre ou 20 pour vol à la cantine SS . En théorie, la peine était exécutée après l'accord de l'inspection générale des camps à Oranienburg.


    Salle d'expérimentation


    Ici, les déportés étaient disséqués, afin de faire des expériences pseudo-scientifique


    La salle des urnes



    Une pièce du block sert à entreposer des urnes funéraires. En effet, au début de l'histoire du camp, les familles des déportés allemands pouvaient, sous certaines conditions et moyennant finance, récupérer les cendres de leurs proches.


    La chambre à gaz



    Historique du bâtiment

    En 1942, le professeur de médecine August Hirt décide, avec l'accord de Himmler, le Reichsfuhrer SS, de constituer une collection de squelettes << judéo-bolcheviques >>.
    Le gazage permet de conserver les corps intacts. Une chambre à gaz est alors aménagée dans cette dépendance de l'auberge du Struthorf, ancienne salle des fêtes, réquisitionnée par les nazis. Le gazage des juifs à lieu en trois fois en août 1943. Les travaux d'aménagement, puis les gazages sont supervisés par josef Kramer, le commandant du camp.
    La chambre à gaz est aussi utilisée par le professeur Bickenbach pour ses expériences sur le gaz phosgène qui provoque des oedèmes pulmonaires aigus. La plupart des victimes sont des Tziganes. Des déportés enfermés dans la chambre à gaz durant 20 minutes. Morts et vivants sont ramenés au camp où Bickenbach étudie leurs lésions pulmonaires.
    Cette chambre à gaz de 9 m2 utilisée pour des expériences n'a jamais servi pour l'extermination systématique de déportés.

    Chemin des déportés



    Les déportés passaient par ce chemin devant la villa de leur bourreau, Josef Kramer.
    Depuis la gare de Rothau, ils parcourraient environ 6 km., pour arriver au camp de concentration du Struthof.



    La villa, siège de la Kommandantur



    La Kommandantur était installée dans une villa privée, réquisitionnée par les nazis en 1940. Construite peu avant la Première Guerre mondiale, elle appartenait à une famille de banquiers strasbourgeois.











    Josef Kramer, photographié aux arrêts à Belsen avant d'être transféré comme prisonnier de guerre à Celle, le 17 avril 1945.















    Mise en page, concept et photos couleur Pierre-André Doriot
    En remerciement au ONACVG, Centre européen du résistant déporté
    Avril 2011
    www.struthof.fr


    http://www.filmsdocumentaires.com/films/141-le-struthof
    ___________________________________________________________________________



    MES VIDEOS:

    lundi 8 avril 2013

    MYSTERE DU LION BLANC


    On a longtemps parlé du lion blanc comme d'une légende, cependant, il existe vraiment.



       Le lion blanc a été découvert en Afrique du Sud.

    Il n'est pas une espèce différente du lion que l'on connait sauf que sa fourrure est blanche et ses yeux sont dorés ou bleus.

    Cela est dû à sa génétique particulière. Il manque de pigmentation, c'est à dire de mélanine.


    A cause de sa couleur, il lui est difficile de se camoufler dans la nature et comme ils sont peu nombreux, on en voit rarement.
    Il a la même vie que le lion que l'on connait. En captivité quelques-uns ont eu de petits lionceaux ce qui augmente un peu leur nombre.
    Le lion blanc n'est pas un albinos, car les albinos ont les yeux rouges et le soleil les blesse.
    Image du Blog dreamers222.centerblog.netEn novembre 1991, des touristes d’un refuge de chasse dans la région de Timbavati en Afrique du sud se retrouvèrent isolés, suite à une panne, la nuit dans le bush, au plus profond du pays des lions. La Land Rover, conduite par leur guide, tomba dans un fossé et l’axe de direction se cassa. L’obscurité autour d’eux était complète et la présence des lions, qui voient parfaitement dans la nuit, se fit annoncer par des grognements menaçants. Plusieurs lions de couleur fauve ayant entouré le véhicule, les membres du groupe sombrèrent dans une terreur viscérale d’être mangés par un prédateur et furent paralysés de peur.


    DANS CETTE VIDEO LES LIONS BLANCS DU CIRQUE PINDER


    lundi 1 avril 2013

    CELLULAIRE QUI TUE

    A LIRE IMMEDIATEMENT !
    J'espère que vous ne faites pas ceci, répondre à un téléphone cellulaire lorsqu'il se recharge !



    Il y a quelques jours une personne rechargeait son téléphone à la
    maison. Durant ce temps, un appel a sonné et il a répondu, le teléphone
    toujours branché à la prise. Après quelques secondes l'électricité est
    entré dans le téléphone sans contrainte et le jeune homme a été
    lourdement projeté au sol. Ses parents sont arrivés en trombe dans la
    chambre et l'ont trouvé inconscient avec un pouls très faible et
    les doigts brûlés. Il a été transporté d'urgence à l'hôpital mais est
    décédé en cours de route. Les téléphones céllulaires sont une invention
    très utile mais il faut savoir qu'ils peuvent causer la mort.
    Ne jamais utiliser un téléphone céllulaire lorsqu'il est branché à une prise électrique!

    Transférez ce message à tous vos contacts.

    Voir ci-dessous:
    https://dub102.mail.live.com/default.aspx?id=64855&n=120334781#!/mail/ViewOfficePreview.aspx?messageid=ac2725f6-9607-11e2-aed7-00215ad6a64a&folderid=00000000-0000-0000-0000-000000000001&attindex=2&cp=-1&attdepth=2&n=1406494
     

    dimanche 24 mars 2013

    LA TERRE


    La Terre vue depuis Apollo 17 en 1972[Note 1].La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. Il s'agit de la plus grande et la plus massive des quatre planètes telluriques, les trois autres étant Mercure, Vénus et Mars. La Terre se trouve dans la zone habitable du Système solaire. Elle est couramment appelée en français Terre, planète Terre, planète bleue ou encore Monde.
     
    La Terre s'est formée il y a 4,54 milliards d'années environ et la vie apparut moins d'un milliard d'années plus tard[4]. La planète abrite des millions d'espèces dont les humains[5]. La biosphère de la Terre a fortement modifié l'atmosphère et les autres caractéristiques abiotique de la planète, permettant la prolifération d'organismes aérobies de même que la formation d'une couche d'ozone, qui associée au champ magnétique terrestre, bloque une partie des rayonnements solaires permettant ainsi la vie sur Terre[6]. Les propriétés physiques de la Terre de même que son histoire géologique et son orbite ont permis à la vie de subsister durant cette période et la Terre devrait pouvoir soutenir la vie durant encore au moins 500 millions d'années.

    La croûte terrestre est divisée en plusieurs segments rigides appelés plaques tectoniques qui se déplacent sur des millions d'années. Environ 71 % de la surface terrestre est couverte par des océans d'eau salée qui forment l'hydrosphère avec les autres sources d'eau comme les lacs ou les nappes phréatiques. Les pôles géographiques de la Terre sont principalement recouverts de glace (inlandsis de l'Antarctique) ou de banquises. L'intérieur de la planète reste actif avec un épais manteau composé de roches plus ou moins fondues, un noyau externe liquide qui génère un champ magnétique et un noyau interne de fer solide.

    La Terre interagit avec les autres objets spatiaux, principalement le Soleil et la Lune. Actuellement, la Terre orbite autour du Soleil en 365,26 jours solaires ou une année sidérale[Note 3]. L'axe de rotation de la Terre est incliné de 23,4° par rapport à la perpendiculaire du plan de l'écliptique, ce qui produit des variations saisonnières sur la surface de la planète avec une période d'une année tropique (365,24 jours solaires)[9]. Le seul satellite naturel connu de la Terre est la Lune qui commença à orbiter il y a 4,5 milliards d'années. Celle-ci provoque des marées, stabilise l'inclinaison axiale et ralentit lentement la rotation terrestre. Il y a environ 3,8 milliards d'années, lors du grand bombardement tardif, de nombreux impacts d'astéroïdes causèrent d'importantes modifications de sa surface.

    La Terre a pour particularité d'être le seul endroit de l'univers connu pour abriter la vie, et accessoirement l'espèce humaine. Les cultures humaines ont développé de nombreuses représentations de la planète, dont une personnification en tant que déité, la croyance en une terre plate, la Terre en tant que centre de l'univers et la perspective moderne d'un monde en tant que système global nécessitant une gestion raisonnable.

    La science qui étudie la Terre est la géologie. Compte tenu de l'influence de la vie sur la composition de l'atmosphère, des océans et des roches sédimentaires, la géologie emprunte à la biologie une partie de sa chronologie et de son vocabulaire.




     

    samedi 16 mars 2013

    CHANCE ET MALCHANCE

     

    Chance et superstitions :
    sommes-nous maîtres de notre destin ?

     
    Vous êtes plus vigilant le vendredi 13, vous ne passez pas sous les échelles ou au contraire n’avez-vous que faire de ces superstitions ? Pourquoi croyons-nous aux gris-gris et autres porte-bonheur ? Peut-on réellement influencer sa bonne étoile et briser la loi des séries ? Doctissimo ne laisse rien au hasard et décode la psychologie de la chance !
     
    Pourquoi sommes-nous superstitieux ?

    Chaque vendredi treize vous vous cloîtrez chez vous ? Vous préférez rompre le pain plutôt que de le couper… Bref votre vie est placée sous le signe de la superstition et de la pensée magique… Ces croyances sont-elles une façon de se rassurer ou une entrave à la liberté ? Tour d’horizon…
    Lire notre article  
     
    Le hasard ça se provoque !
     
     Pourquoi y a-t-il des jours avec et des jours sans ? Pourquoi est-ce toujours à vous que les tuiles arrivent ? Comme si les phénomènes se concertaient pour nous rendre la vie désagréable ! Pourtant, mettre la chance de son côté et briser la loi des séries, c’est possible ! Il suffit de savoir provoquer le hasard...
    Lire notre article  
     
    Malchance, loi des séries : mythe ou réalité ?
     
     Echecs sentimentaux, remises en cause professionnelles, malheurs divers… Vous avez l’impression que le sort s’acharne continuellement sur vous ! Malchance chronique et loi des séries sont-ils une réalité ? N’avez-vous pas tendance à fabuler et imaginer que l’on vous en veut ? Bref, peut-on être une victime désignée du hasard ? Le point sur des phénomènes inexpliqués… ou presque !
    Lire notre article  
     
    Superstitions et chance : devez-vous y croire ?
     
      Qui n'a pas ses petites croyances, ses gris-gris ? Mais ces petites superstitions ne sont pas anodines ! Elles influencent notre vie et notre état d'esprit. Au point que croire en sa bonne étoile chasserait la déprime et l'anxiété ! Alors que le vendredi 13 février approche, découvrez que la chance n'est pas une simple question de hasard !
    Lire notre article  
     
    Test : Etes-vous trop superstitieux ?
     
     Fer à cheval, escabeau... Nous avons tous nos petites croyances et autres superstitions ! Mais lorsqu’elles deviennent de véritables règles de vie et qu’elles nous empêchent d’agir cela peut devenir un véritable calvaire. Alors, êtes-vous influencé(e) par les chats noirs et autres signes ?
    Faire le test  
     
    Superstition : un trouble psy ?
     
     Qui n’a pas son petit porte-bonheur, son grigri auquel il croit dur comme fer… Mais d’où viennent nos superstitions ? Pourquoi certains n’y prêtent aucune attention alors que d’autres y accordent une importance extrême ? Cette dernière attitude peut-elle cacher un problème psy ? A l’approche du vendredi 13, Doctissimo vous aide à éloigner le mauvais sort…
    Lire notre article
     
    La vérité sur les superstitions de la grossesse ?
     
     La grossesse… le mystère de la vie… ce moment est tellement magique qu’il a inspiré de nombreux mythes et autres superstitions plus ou moins farfelus. Et aujourd’hui, certaines ont la vie dure, malgré toutes les connaissances scientifiques que l’on possède sur le sujet ! Voici une petite sélection des croyances les plus folles sur ces neuf mois.
    Lire notre article
     
    5 clés pour booster son capital chance !
     
        La chance ça se provoque ! Les personnes chanceuses ont leurs petits secrets, souvent bien gardés : un état d'esprit particulier, une sacrée intuition, un bon réseau d'amis formidables et la forte croyance qu'ils ont droit au meilleur ! Chacun d'entre nous possède un capital chance. Nos Lucky experts vous dévoilent 5 pistes pour le booster et devenir ainsi une personnes "vernies" !
    Lire notre article
     

    CIRQUE SUISSE

    Cirque Knie, cirque national Suisse





    CIRQUE KNIE



    Cirque Knie, cirque national Suisse





    Cirque Knie, cirque national Suisse
    Le Cirque National Suisse Knie (en allemand, Schweizer National-Circus Knie) est le principal cirque suisse, basé à Rapperswil.

    Fondé par la famille Knie en 1803 (date de la fondation de la dynastie), il existe sous sa forme actuelle depuis 1919 (date où il passe de l'arène à ciel ouvert au chapiteau).

    Le cirque Knie est aujourd'hui une entreprise comptant 200 employés et une centaine de véhicules et d'animaux. Elle est actuellement dirigée par Frédy Knie Jnr. et Franco Knie.

    Le clown Dimitri y fit plusieurs tournées. Le Cirque du Soleil y monta également un spectacle en collaboration avec la famille Knie en 1992.






    La tente du cirque Knie montée à Zurich, place Bellevue, en 2009




     

    Le dressage d'animaux est une spécialité familiale du Cirque Knie. Les numéros de dressage (chevaux et éléphants) de la famille Knie ont acquis une réputation internationale.

    mercredi 27 février 2013

    AFFAIRE DORIOT


    FAUX RAPPORT FAUSSE ACCUSATION


    Dans de bien nombreux pays, n'importe qui peut-être arrêté et mis en prison sur la base d'un faux rapport, d'une fausse accusation. Pour son salut, une nation doit permettre une action juridique directe, rapide et peu coûteuse pour donner aux individus ou aux groupes la possibilité légale de se protéger contre les faux rapports.


    A PROPOS DE L'AFFAIRE DORIOT

    En Suisse en 2008, le Ministre Jean-Claude Doriot de l'urbanisme de la ville de Montreux, fut arrêté et incarcéré, suite à un faux rapport, une fausse accusation.

    Innocent, l'homme a subi des attaques violentes en particulier de la presse, des procédures judiciaires interminables et des dépenses sans fins, des vies brisées. Tout ça pour rien !


    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    LA JUSTICE
    de LRH

    La désintégration de la démocratie en Occident tient principalement de l'habitude qu'a celle-ci de faire négligemment reposer ses actions juridiques sur de faux rapports.

    N'importe qui peut dire n'importe quoi à propos de n'importe qui et on encourt le risque que les pouvoirs policiers et les tribunaux agissent en se fondant sur des rapports si faux qu'un enfant ne se laisserait pas leurrer.

    C'était la chose la plus odieuse concernant les NAZIS. Et c'est ce qui caractérise la << justice >> communiste. En février 1969, j'ai déterminé que c'était fondamentalement par la fausse accusation, le faux rapport et l'absence de confrontation entre accusé et accusateurs que la justice se désintégrait. Ces facteurs minent la sécurité des personnes et entraînent tout le système judiciaire dans des démarches interminables et inutiles.

    A eux seuls, ces facteurs valent à des innocents des attaques de la presse, des procédures judiciaires, des dépenses sans fins et des vie brisées.

    Tant que des faux rapports seront publiés et acceptés et tant qu'on leur donnera suite, des groupes de pression corrompus, tels les psychiatres, auront la possibilité de perturber tout rival potentiel ou de mettre en pièces la structure social d'une nation.

    Cet abus est si flagrant qu'il vaut à la cause de la démocratie de perdre l'intégralité de sa valeur aux yeux de tout un chacun.

    Quand la justice devient lente, quand elle devient coûteuse, quand les faux rapports sur des gens et des groupes sont tolérés et ne sont pas contestés et punis, toute idéologie tourne en tyrannie.

    Ces facteurs contribuent si fortement à ébranler les loyautés et à créer des révolutionnaires qu'aucun gouvernement qui en permet l'existence n'est en sécurité.

    En fait, il s'agit là d'une nouvelle percée philosophique dans le domaine du droit. L'importance considérable du faux rapport dans la désintégration de la structure sociale et de la cause d'une nation n'a pas été comprise.

    La plupart des conflits internes d'un pays sont provoqués par des individus et des groupes qui se défendent contre des faux rapports.

    A une époque où les gouvernements << cherchent à s'emparer de l'esprit des gens >>, un grand nombre de réformes vont devoir être effectuées.

    Le faux rapport compte au nombre des menaces qui pèsent sur les droits de l'homme. Pourtant, il n'existe pas de possibilités adéquates de recours. Poursuites pour diffamation ? Laissez-les tomber. Elles coûtent plus que quiconque ne peut se le permettre, le jugement prend une éternité et en fin de compte, le public reste avec les faux rapports, même si le procès est gagné.

    Puisque les faux rapports détruisent la sécurité de l'individu et du petit groupe, ces derniers doivent donc s'affirmer. Ils le font en passant à leur tour à l'attaque.

    Une nation qui permet que des actions soient entreprises sur la base de faux rapports verra sa population et ses groupes de soutien la déserter et ses citoyens honnêtes l'attaquer. Elle finira par se faire renverser.

    Pour son salut, une nation doit permettre une action juridique directe, rapide et peu coûteuse pour donner aux individus ou au groupes la possibilité légale de se protéger contre les faux rapports.

    C'est seulement si le monde << libre >> apporte des réformes aux droits de l'homme que sa cause vaudra la peine qu'on se batte pour elle et qu'on la soutienne. Autrement, ses groupes publics et sociaux la déserteront pour n'importe quelle autre cause, sans même en faire vraiment l'examen.

    Les vertus du patriotisme, de la loyauté et du dévouement envers un gouvernement ne sont pas mortes de quelque étrange déclin social. Elles sont mortes parce que les gens ont le sentiment que leur gouvernement ne les protège plus, va même jusqu'à les attaquer, les expose à des enlèvements psychiatriques effectués en toute facilité, à des impôts faramineux et à une insécurité personnelle.

    Par exemple, il y a longtemps que les Noirs aux Etats-Unis ont dit qu'ils ne se battraient pas pour le gouvernement. Ce n'est pas parce qu'ils sont communistes. C'est parce que n'importe qui pouvait porter une accusation contre eux, peu importait la fausseté de celle-ci, et les faire emprisonner, battre et lyncher. Et les autorités haussaient les épaules en disant : << C'est juste un nègre. >> Ils ne bénificiaient pas d'un respect égal devant la loi. Tout faux rapport, non vérifié, pouvait les faire arrêter, battre ou tuer. Ils sont donc devenu très anxieux. Mainteneant, ils sont continuellement en émeute, se livrent à des pillages, brûlent et ferment même des universités. Tout ça parce que n'importe quel faux rapport était accepté. Et ils pouvaient être battus ou pendus en attendant une justice lente et coûteuse.

    Cela ne se limite pas aux Noirs des Etats-Unis. C'était vrai pour tous les groupes minoritaires des Etats-Unis et c'est vrai pour des groupes religieux et des groupes raciaux minoritaires dans de bien nombreux pays. Ainsi forment-ils un noyau de résistance et d'agitation. Ils sont nerveux et sur la défensive.

    Puis, à mesure que la situation s'aggrave, de nombreux groupes sociaux commencent à réagir face aux faux rapports émis contre eux, mais encore une fois sans réussir à obtenir justice assez rapidement pour que leur réputation soit préservée.

    Quand on en arrive là, les officiels ont intérêt à compter sur leur compte en banque à l'étranger et à décamper. Car ce gouvernement, même s'il fonctionne encore, n'est plus le gouvernement de son peuple. Il est leur ennemi. Tout mouvement révolutionnaire attirera des membres. Ce sont là les mécanismes de la révolution.

    Les gens sont capables d'une endurance considérable. Puis un jour le patriotisme meurt. Parce que le gouvernement n'a plus de cause en laquelle la majorité croit ou pour laquelle elle se battra.

    Ne pas accepter de faux rapports et confronter la personne avec ses accusateurs et leur accusations avant toute action punitive de quelque nature que ce soit sont des principes si puissants que si la civilisation occidentale les acceptait et les mettait scrupuleusement en pratique, ELLE AURAIT UNE CAUSE ASSEZ GRANDE POUR SURVIVRE.

    La cause du communisme s'en trouverait alors dépassée.
    Dans l'état actuel des choses, les gouvernements occidentaux doivent ACHETER leur défense et SOUDOYER pour l'obtenir, et ceci à un prix si exorbitant que cela les brisera.

    Notre position est celle-ci : nous sommes alliés et amis des pouvoirs occidentaux, nous nous efforçons de les amener à ranimer leur honneur et à réformer leur justice avant que la foule n'arrive et ne les mette en pièces.



    nfoville@bluewin.com

    LEMAN ACRO SHOW

      Acro Show Villeneuve!   Aile du Léman Août 2017 "The" rendez-vous Mondial de la voltige, de l'acro pa...