samedi 17 mars 2012

AUSTRALIE LOI EUGENIQUE : ENFANTS STERILISES





children



 

 Loi eugénique en Australie : enfants stérilisés sans consentement parental


 

Si vous avez déjà vu le célèbre film de 1975 « Vol au-dessus d’un nid de coucou », vous vous souvenez probablement de plusieurs scènes troublantes où les malades mentaux subissent des lobotomies du lobe frontal, ou de la scène emblématique où le personnage de l'acteur Jack Nicholson subit un électrochoc. Aujourd'hui, ces formes horribles de soi-disant traitements mentaux sont considérés comme de cruelles reliques du passé, mais un nouveau projet de loi en Australie propose que les jeunes enfants reçoivent ces traitements sans le consentement des parents et même qu’ils soient autorisés à subir des méthodes de stérilisation sans consentement parental.


Le gouvernement de la Commission de l'Australie occidentale pour la santé mentale (WAMHC) a fondamentalement fait apparaître comme par magie une proposition pour une nouvelle législation sur la santé mentale qui évite le rôle parental dans le processus de traitement de santé mentale et à la place charge les enfants mineurs et de tout âge, de prendre la décision d’être stérilisés ou non, ou d’avoir leur tissu cérébral détruit ou non par des procédures de psychochirurgie. Si un « professionnel de la santé mentale » peut convaincre les enfants qu'ils ont de tels besoins de traitements pour leur propre bien, en d'autres termes,  les plus jeunes membres de la société australienne joueront ouvertement le programme eugéniste.


Ça ressemble presque à l'intrigue d'un film de malade, mais c'est vrai et entièrement documenté dans le Mental Health Bill 2011 du WAMHC.


Les eugénistes veulent stériliser des enfants australiens sans même en parler aux parents 


Dans l'esprit tordu de ceux qui se sont emparés des positions de pouvoir du monde, séparer les enfants de leurs parents et réaliser des expériences médicales sur eux en secret est une forme parfaitement acceptable de la  ''médecine''. Et cette forme de maltraitance est exactement ce que le WAMHC a proposé dans son nouveau projet de loi de santé mentale.


Les pages 135 et 136 de la loi portent sur la question de la stérilisation, expliquant que si un psychiatre décide qu'un enfant âgé de moins de 18 ans « a suffisamment de maturité », il ou elle sera capable de consentir à la stérilisation sans le consentement parental. Cela veut dire aussi que les parents ne seront jamais avisés qu'une procédure de stérilisation a eu lieu, car seul le psychiatre en chef » sera au courant de cette information.


Cela ressemble énormément aux programmes d'euthanasie apparus en Allemagne dans les années 1930, lorsque les Nazis ont commencé secrètement la stérilisation de personnes ayant une déficience physique ou mentale dans le cadre de l’« Opération T4 ». Bien entendu, ce programme eugénique a été plus tard intensifié lorsque les médecins allemands des camps nazis de la mort ont systématiquement stérilisé des hommes, des femmes et des enfants et ensuite tué, dans le cadre totalement révoltant des expériences de nettoyage ethnique du régime Nazi.
 
« Les autorités » médicales veulent arbitrairement confier des enfants aux hôpitaux psychiatriques, les retenir indéfiniment et les forcer à subir des procédures nuisibles sur le cerveau


Pire encore, ceux qui seraient autorisés à détenir ces enfants, considérés comme « praticiens autorisés de santé mentale, » sont si vaguement définis que pratiquement tout le monde pourrait être autorisé par le psychiatre en chef à enlever les soi-disant enfants « malades mentaux » et à les interner dans des établissements psychiatriques contre leur volonté et la volonté de leurs parents.Tout cela ne fait qu'empirer, toutefois, avec un autre langage disséminé à travers le projet de loi qui permettrait aux psychiatres de détenir involontairement et indéfiniment des enfants « soupçonnés » d'avoir une maladie mentale. Et pendant leur détention, ces enfants peuvent être contraints de se conformer à des protocoles de drogues, répression, et d'isolement, ainsi qu'être forcés de subir en permanence des procédures néfastes comme la psychochirurgie ou l’électrochoc.


La commission sur la santé mentale n'accepte des commentaires sur le projet de loi que jusqu'au 9 mars 2012


Les mots employés dans le projet de loi sur la santé mentale australien 2011 sont vraiment horribles, mais pas forcément surprenants. Des efforts similaires pour saper l'autorité parentale se déroulent aux États-Unis et partout dans le monde.

Le gouverneur de Californie Jerry Brown, par exemple, a récemment signé au sénat la loi 499, qui permet aux enfants dès l'âge de 12 ans de se faire vacciner contre le virus du papillome humain (VPH) Gardasil, contre l'hépatite B et de se faire injecter divers autres vaccins contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) sans le consentement des parent.

Aucun commentaire:

WELCOME SOON

BIENVENUE A BIENTOT W ELCOME SOON INSTAGRAM PIERRE-ANDRE DORIOT fotodistraction   Site Internet:  padoriot.w...