mercredi 31 août 2011

SYRTE: L' OTAN COMMET UN MASSACRE !



L’OTAN commet un massacre à Syrte et rase la ville

Témoignage d’un ancien lieutenant-colonel russe présent sur place


Libye: le visage criminel de l’impérialisme
Pour la troisième journée consécutive, des avions de l’OTAN lancent des missiles et bombardent massivement la ville de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi, ne permettant pas à quiconque de s’échapper. Le périmètre de la ville est entouré de points de contrôle « rebelle », derrière lesquels se trouvent des unités des forces spéciales de la Grande Bretagne, de la France, du Qatar et des Émirats arabes unis.

La sortie de la ville est complètement bloquée. Ni les femmes, ni les enfants ne sont autorisés à la quitter. Les hommes qui tentent de quitter la ville avec leurs familles, sont capturés puis fusillés. Leurs familles sont renvoyées dans la ville sous les bombardements. « Il n’y a pratiquement aucun moyen d’enterrer les cadavres », a déclaré dans une lettre qui a été reçue à Argumenty.ru ce matin. L’auteur est un ancien officier de l’armée soviétique et des services spéciaux russes, qui est maintenant à Syrte.

Ilya Korenev, cet ancien officier de l’URSS et des forces spéciales russes, est un ancien lieutenant-colonel, que la rédaction d’Argumenti.ru a précédemment qualifié de « source », et qui assume être proche au colonel Kadhafi, a décidé de mentionner son nom dans la lettre.

« Dans la ville jusqu’à présent pas de troupes (ndlr : pas "d’armée" loyaliste, stricto sensu) : les rebelles ou les forces spéciales ont osé entrer. Dans la nuit il y avait beaucoup de petites provocations afin d’essayer d’établir la présence et l’emplacement de troupes gouvernementales. Plusieurs petites escouades de rebelles ont tenté une action pour sonder dans la nuit et les reconnaître, mais ils ont été détruits. En même temps, un avion de reconnaissance télécommandés d’espionnage sans pilote "drone" était en l’air, qui a répertoriait les défenses de la ville. Une heure après, les attaques aériennes ont commencé sur les cibles ainsi repérées. Cependant, les défenseurs de la ville avaient déjà quitté leurs positions pour d’autres endroits », écrit le lieutenant-colonel.

Selon lui  la "situation ressemble au terrible hiver de 1995 à Grosny, Tchétchénie, où tot ce qûi bougeait était bombardè, sans aucun bon système de guidage ou sans coordonnées précises . La seule différence était que la Russie et l'armée de l'air n'avait pas beaucoup  de combustibles, donc les vols n'étaient pas aussi intenses que ceux d'aujourd'hui. Pour le moment les forves aériennes de l'OTAN sont en opération quasiment 24 heures sur 24."


Libye: le visage criminel de l’impérialisme

L’attaque de l’OTAN contre la Libye qui a été, dès son début il y a plus de cinq mois, une guerre impérialiste criminelle est devenue un exercice totalement meurtrier avec la traque du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi par les agents des forces spéciales et du renseignement.

Dès le début, les principaux objectifs de cette guerre ont été de s’emparer du contrôle des réserves pétrolières de la Libye, les plus vastes du continent africain, et de faire une démonstration de force impérialiste dans le but de réprimer et de détourner les mouvements de masse populaires qui, il y a quelques mois seulement, avaient renversé les régimes de Moubarak en Egypte et de Ben Ali en Tunisie, soutenus par les Etats-Unis et l’OTAN,.

L’OTAN a appelé son assaut militaire « Protection des populations et des zones civiles » (« Operation United Protector »), mais il aurait été plus approprié de le nommer « Opération de viol collectif impérialiste ». Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Italie, qui poursuivent tous leurs propres intérêts en Libye et dans la région en général, ont réussi à s’unir pour l'objectif commun de « changement de régime. »

A cette fin, des avions de combat de l’OTAN ont effectué plus de 20.000 sorties, détruisant des écoles, des hôpitaux et des logements et abattant un nombre incalculable de soldats libyens, nombre d’entre eux de jeunes appelés.

Bafouant les termes de la résolution des Nations unies autorisant « l’usage de tous les moyens nécessaires » pour protéger les civils, les puissances de l’OTAN, dont les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ont envoyé des soldats des forces spéciales, des mercenaires militaires et des agents du renseignement engagés par contrat dans le but d’armer, d’organiser et de diriger les soi-disant « rebelles » dont la tâche essentielle était d’attirer les forces gouvernementales libyennes dans des combats afin de les éliminer à l’aide de l’aviation.

La prétention que cette guerre serait une guerre pour protéger des civils a été démasquéecomme étant une obscénité morale. Le bilan s’élève rien qu’à Tripoli à des milliers de morts alors que les bombes et les missiles de l’OTAN continuent de s’abattre dans des régions fortement peuplées.

Pour trouver des parallèles appropriés il faut se reporter aux années 1930 où le capitalisme mondial, tout comme aujourd’hui, était frappé par une crise économique désespérée. A l’époque, l’humanité était sidérée par l’agression sauvage déclenchée par l’invasion italienne de l’Ethiopie, le soutien accordé par Hitler aux Allemands des Sudètes pour découper la Tchécoslovaquie et le bombardement de l’Espagne par la Légion Condor allemande au nom de l’insurrection fasciste de Franco.

A cette époque, ces actes d’agression brutaux étaient regardés comme l’expression de la plongée du capitalisme mondial dans la barbarie. De nos jours, des actes identiques en Libye sont présentés comme étant l’épanouissement de « l’humanitarisme » et de la « démocratie. »

A l’époque, le président Franklin Delano Roosevelt avait fait appel aux sensibilités démocratiques du peuple américain – tout en préparant bien sûr les Etats-Unis à la poursuite de leur propres objectifs impérialistes – réclamant une mise en « quarantaine » de l’agression fasciste.

En 1937 Roosevelt avait déclaré, « Sans déclaration de guerre et sans avertissement ou justification d'aucune sorte, les civils, dont un grand nombre de femmes et d'enfants, sont impitoyablement assassinés par des bombes tombant du ciel… Des pays fomentent des guerres civiles ou prennent parti dans ces guerres dans des pays qui ne leur ont jamais fait de mal. Des pays réclamant la paix pour eux-mêmes la refusent aux autres. Des gens innocents, des nations innocentes, sont cruellement sacrifiés pour le pouvoir et la suprématie qui sont dépourvus de tout sens de justice et de considération humaine. »

Ces paroles datant d'il y a trois quarts de siècle se lisent comme un réquisitoire contre le gouvernement Obama et les gouvernements de Cameron, de Sarkozy et de Berlusconi.

Après la Deuxième Guerre mondiale, les procès de Nuremberg ont défini la guerre d’agression comme le « crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que du fait qu’il contient les maux de tous. »

Cette conception avait été incorporée aux Nations unies qui excluent « de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat. »

Et pourtant, de nos jours, il n’y a presque pas de critiques au sein de l’establishment politique contre la guerre d’agression menée par les alliés de l’OTAN. La canaille des médias s’est totalement intégrée à la machine de guerre impérialiste, marchant, au sens propre du terme, par dessus les cadavres et dissimulant les chiens de guerre occidentaux qui fuient les caméras pour pouvoir mieux façonner leur propagande sur la « révolution » et la « libération » en Libye.

La force motrice derrière la guerre en Libye est l’impérialisme, ce que Lénine a judicieusement décrit comme réactionnaire sur toute la ligne. C’est une guerre qui a été menée dans les intérêts prédateurs du capital financier. Elle est conçue pour produire ce que la presse économique appelle généralement une « aubaine » non seulement pour les principaux groupes énergétiques mais pour les banques et les entreprises tout en consolidant, de plus, les vastes fortunes accumulées par l’élite dirigeante par le biais de la spéculation financière, de la réduction des coûts de la main-d’œuvre en Amérique et en Europe et de l’exploitation de la main d’œuvre à bas salaire dans le monde entier.

Le banditisme international va de pair avec la criminalité économique et politique à l'intérieur du pays. L’agressivité à l’étranger est inséparable de l’attaque sans merci contre le niveau de vie et les droits fondamentaux des grandes masses de la population laborieuse en Europe, en Amérique et pratiquement tous les grands pays. Alors que partout on dit aux travailleurs qu’il n’y a pas d’argent pour l’emploi, l’éducation, les soins de santé, les retraites ou les services sociaux vitaux, des milliards sont dépensés pour bombarder et envahir la Libye sans que soit posée la moindre question.

Un trait frappant de la guerre en Libye est la manière dont elle a mobilisé derrière elle une certaine couche socio-politique comprenant des ex-gauchistes de la classe moyenne, des universitaires libéraux et d'anciens militants. C’est un processus qui s’est développé durant plusieurs décennies et qui s'est accéléré par la démoralisation d’une section de cette couche dont le « gauchisme » s’appuyait fortement sur la bureaucratie stalinienne et qui a commencé à se disperser avec l’auto-liquidation de celle-ci. D’autres s’étaient ralliés à l’intervention impérialiste dans les Balkans, attirés alors, comme maintenant, par les fausses affirmations que les plus grands agresseurs du monde menaient une guerre pour les « droits de l’homme. »

Il faudrait être aveugle aujourd’hui pour ne pas voir le profond changement qui se produit au sein de cette couche. L’on y trouve les vauriens universitaires comme Juan Cole, professeur d’histoire du Moyen-Orient à l’université du Michigan qui se sert de sa réputation de critique de la guerre du gouvernement Bush contre l’Irak pour vendre la guerre contre la Libye du gouvernement Obama.

En Europe, des groupes comme le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) français ont utilisé la guerre pour forger des liens plus étroits avec leurs propres gouvernements et pour promouvoir les intérêts de leurs propres élites dirigeantes. Ils représentent toute une strate de la classe moyenne privilégiée qui est recrutée comme la nouvelle couche de soutien de l’impérialisme. Leur politique est pour l’essentiel exactement la même que celle d’Obama et de la CIA.

La guerre en Libye ne jouit d’aucun soutien populaire significatif dans aucun des pays agresseurs. Les travailleurs soupçonnent instinctivement que cette guerre, comme celles qui l’ont précédées, est menée au profit de l’oligarchie financière et aux dépens des masses.

La lutte contre la guerre et l’impérialisme ne peut être victorieuse que si elle est centrée sur la classe ouvrière. Le combat contre la guerre et la lutte contre la destruction des emplois, du niveau de vie et des droits fondamentaux sociaux et démocratiques sont aujourd’hui inséparables. Le militarisme à l’étranger et la contre-révolution à l’intérieur du pays ont des racines objectives communes dans la crise insoluble du capitalisme mondial. Tous deux ne peuvent être vaincus que par la mobilisation politique et l’unité internationale de la classe ouvrière en lutte pour le socialisme.


Toute reproduction autorisée sous réserve de citer : http://doriot-univers.blogspot.com/


NUIT D' ETOILES




Blottie dans la nuit étoilée
Sur le clair rivage de notre île
Je marche seule
À mi-chemin d'un rêve                Sous mes pas, le sable mouillé
                                                 Garde l'empreinte de mes souvenirs
                                                 Que le temps ne pourra effacer
                                                 Ni la mer recouvrir

                                                                             À l'horizon, je cherche dans mon coeur
                                                                             Une trace de toi, un écho de ta voix
                                                                             Un moment de bonheur à venir
                                                                              Au doux refuge de tes bras

Viendras-tu rejoindre mon chemin
Au delà de la mer ?
Et plonger dans les miens
Tes yeux verts ?

                                      Ici ou ailleurs,
                                      Mes bras t'attendent
                                      Ma bouche t'espère
                                      Et mon corps se fait tendre

                                                                                  Escortée de milliers d'étoiles
                                                                                  La nuit douce et bleue
                                                                                  Vers l'aube pâle
                                                                                  Lentement décline

Les yeux mi-clos,
Sur le rivage de notre île
Je te rêve... Je t'attends... Je t'imagine



(Reproduction interdite) Bienvenue sur Univers : http://doriot-univers.blogspot.com/



L' UNIVERS EST UN POEME



             Mystérieux moment où l'on commence à vivre...
             La matière s'anime à ton souffle, mon Dieu.
              L'âme qu'elle a reçue est un rayon de feu
            Qui remonte vers toi, prisonnier qu'on délivre.

                               Et la vie est partout. Comme on lit dans un livre,
                               Dans le monde insondable on voudrait lire un peu,
                                    Pour voir si le travail alterne avec le jeu,
                               Et si les coeurs parfois mêlent la flamme au givre.

                La Terre pleure et rit. L'homme ainsi l'a voulu.
                     Dès le premier dîner il se montre goulu
                  Et verse le vin pur sur la pomme indigeste.

              Le poète, à l'aspect de la voûte céleste,
            Se dit, rêvant de vers et tombant à genoux
        Le monde est un poème et Dieu l'a fait pour nous.


Bienvenue sur Univers : http://doriot-univers.blogspot.com/




Bienvenue sur Univers fête 1 an d'existence!

Ce site a été créé en Suisse, en référence à << l'affaire JCD  Montreux.>>
De plus en plus visité, ce  journal a pris de l'expansion, de l'ampleur et s'est développé à travers le monde, d'une manière fulgurante.

Contrairement aux médias occidentaux, ce journal est non lucratif, apolitique et indépendant. Il informe les populations et transmet les faits pertinents sur l'actualité
de la planète.

Les meilleures informations trouvées sur internet sont publiées afin d'avertir le lecteur
de ce qui se passe autour de lui, et qu'il puisse se forger une opinion différente!
Toute corruption supposée ou avérée, est dénonçée à grande échelle, de la part des individus, des leaders politiques, gouvernents ou pays, qui ne respectent pas les droits de l'homme, l'éthique, les libertés des individus.

Le lecteur a la possibilité de donner son avis et peut faire des commentaires. Les messages sont publiés sur les sites concernés.

Les informations succeptibles intéressées les lecteurs sont les bienvenues et peuvent être adressées par mails : natation1@hotmail.com, afin d'être publiées.
Bienvenue sur Univers souhaite à toutes et à tous, les meilleurs voeux de succés, de liberté et de prospérité. BSU / PAD


                                               Citation du jour

 Il existe sur terre 10% d'individus qui contrôlent la Planète, contre 85% d'individus qui dorment et seulement 5% d'individus qui essayent de réveiller les 85% d'individus qui dorment!  Seul 2 à 3% d'individus sont réellement dangereux.

Sites  Bienvenue sur Univers, World Presse, Bleublog le Matin,
                               Blog 24 Heures, blog Tribune de Genéve.


Visiteurs août 2011  cinq sites:
19450 visites




Port de Clarens / Photo: P.A.Doriot


LA FOUDRE EST TOMBEE




Foudre tombée sur la Maladaire, le 24 août 2011


NB : l'administrateur de la Tribune de Genève à réactivé le blog Bienvenue sur Univers, le 31 août 2011

Par ces lignes, nous remercions les nombreux visiteurs des blogs  Bienvenue sur Univers , qui sont nombreux à accéder aux informations pertinentes sur l'actualité mondiale. Nos sites: worlpresse,  tribune de Genève,  tribune le matin,  journal les 24 heures et blogger ( google.)

La moyenne journalière des cinq sites, se situe entre 800 et 1000 visites par jour!

Désormais, l'administrateur de la tribune de Genève ( Edipresse / Ringier ) a supprimer le blog public de Bienvenue sur Univers en le désactivant. Sans avertissement et sans en donner la raison. Notre courriel est également resté sans réponse.

La liberté d'expression est un droit que l'administrateur de la tribune de Genève  semble ignorer. Sale coup pour la démocratie.

L'information continuera de circuler sur nternet. Si la vérité dérange, nous continuerons de la diffuser...   BSU/PAD

“Dans un monde de mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire.” G. Orwell

mardi 30 août 2011

LES TOURNESOLS




Effluves jaunes d’or au couchant exhalées
Corolles rayonnantes, lueurs enchantées
Couronne offrande en guise de baiser
Tournesols étincelants, solstice d’été

Cœur brûlant scrutant les cieux de ses mille yeux
Effeuille un à un les pétales de feux
Car il l’aime un peu beaucoup passionnément,
La dévêtant d’un souffle outrageusement


(Reproduction interdite) Bienvenue sur Univers : http://doriot-univers.blogspot.com/

LA PLUIE




                                       La pluie tombe
                       comme  nous tombons amoureux :
                              en déjouant les prévisions


(Reproduction interdite) Bienvenue sur Univers : http://doriot-univers.blogspot.com/

LIBYE: LA PLUS GRANDE DES TRAHISON


De manière évidente, ceci n'est pas exclusivement "la guerre d'Obama", mais plutôt une guerre façonnée et promut par les banques et les industries du Fortune 500, qui incluent à la fois Obama et les néo-conservateurs, les plus notoires, comme serviteurs avérés et loyaux.

 


En donnant la Libye à Al Qaïda, la règle a été transgressée à tout jamais


un editorial de Tony Cartalucci 

English http://landdestroyer.blogspot.com/2011/08/greatest-betrayal.html


Nous avons traduit ici l’excellent éditorial de Tony Cartalucci. Il est d’autant mieux fait qu’il est très facile pour tout à chacun de remplacer dans le texte le mot « Amérique » ou « Etats-Unis » par celui de « France », « Royaume-Uni », « Italie » et de fait, par toutes les pseudo-démocraties occidentales sous contrôle total de la corporatocratie financière et industrielle.

Facile aussi de remplacer les noms cités par des noms de politiciens français et européens, tant ils sont tous interchangeables. Tous œuvrent pour la cause mortifère, rétrograde et néo-féodale hégémonique de l’oligarchie du Nouvel Ordre Mondial.

Cartalucci signe ici un appel à la révolte du peuple américain et par extension des peuples occidentaux contre l’ineptie criminelle et psychopathe de l’oligarchie qui mène le monde à la destruction totale pour leur seul profit. La révolte se fera par le truchement de la solidarité, du boycott et de la désobéissance civile… Choses que nous prônons sur ce blog depuis bien longtemps tant il est évident que ce sont les seules méthodes possibles pour reprendre le pouvoir et le garder pour les peuples, sans délégation, et autogérer notre société de manière solidaire et égalitaire.

Il est temps, il est grand temps !… Le vent du changement ne peut venir du système lui-même, il ne peut venir que des peuples conscients de leurs droits et de leur destinée, qui n’est en aucun cas de vivre soumis et esclaves d’une clique de parasites inutiles, arrogants et criminels. R 71 : http://resistance71.wordpress.com/

Libya: The Greatest Betrayal

En premier lieu, ne nous laissons pas berner par de folles idées. Obama, Cameron et Sarkozy ne sont chefs d’état que par le nom. C’est la dépravité et la mégalomanie au sein des banques, corporations et institutions qu’elles ont créée, qui est responsable de la trahison la plus évidente de l’histoire de l’occident. Depuis 10 ans les chefs de l’occident ont agité le spectre de la haine et de la peur parmi leurs populations pour justifier une longue et coûteuse guerre globale qui a envoyée des troupes américaines, britanniques, canadiennes, allemandes, françaises et bien d’autres face au danger dans de nombreuses parties du monde et ultimement dans leur tombe, pour lutter contre “les forces de la terreur”.

Maintenant, savourant presque l’ironie du moment, Le New York Times, admet totalement de la part des oligarques de la finance et de l’industrie qui présument de leur dominance sur le monde occidental, que des terroristes d’Al Qaïda, des hommes qui ont littéralement tués des troupes américaines à la fois en Afghanistan et en Irak, sont maintenant en Libye et sont les récipiendaires de milliards de dollars d’aide financière venant de l’occident, d’une reconnaissance diplomatique, d’entrainement, d’armes, de bénéfices de matériaux de renseignement, le soutien total et inébranlable des “médias” occidentaux, du soutien aérien de l’OTAN, et même la grâce infinie de l’aide des forces spéciales occidentales au sol, luttant côte à côte avec eux. Cette confession arrive également au moment où des révélations sur le commandant militaire rebelle de la place de Tripoli, qui remplit les rues de la capitale avec une horreur indescriptible, affirment qu’il est un leader pur et dur d’Al Qaïda, ce qui fut rapporté en premier lieu par le Telegraph il y a des mois; ainsi que ces derniers jours sur la chaîne de télévision RT, ainsi que couvert en détail par le très respecté analyste géopolitique Dr. Webster Tarpley.

Tandis que les américains toujours naïfs débordent de fièreté alors que leur machine de guerre militaire qui les mène à la banqueroute, écrase encore un autre pays de l’autre côté de l’océan; ils semblent être ignorants ou incapables de comprendre la manière éhontée avec laquelle ils ont été trahis.

Après 10 ans, des milliers de soldats tués, des dizaines de milliers mentalement dévastés ou physiquement handicappés, une économie totalement dérivée de la guerre, les occupations, et les “reconstructions de nations” à l’étranger, tandis que les propres infrastructures de l’Amérique pourissent sous elle, les oligarques de la haute finance et de l’industrie transnationales ont décidé de trahir et d’humilier de manière infinie les forces armées de l’Amérique, et ce de la pire des manières qui soit, avoir ces mêmes forces armées offrir une couverture aérienne, des renseignements et un soutien opérationnel spécial a ces mercenaires assoiffés de sang qui ont chassés et tués leurs frères d’armes durant la dernière décennie.

Des familles entières ont été détruites, des communautés dévastées par la perte de frères, de sœurs, d’amis, de mères, de pères, fils et filles, qui se battaient pour ce qu’ils croyaient être la survie même de leur mode de vie. Aujourd’hui, en Libye, avec Al Qaïda à qui on a littéralement donné le pays, cadeau de ces financiers corporatistes à travers leurs proxies politiques et militaires, les leaders que nous avons élus et ces industries que nous avons aidées à atteindre ces tailles monstrueuses s’accroupissent maintenant sur les tombes de ceux qui sont tombés pour la nation et souillent leur mémoire et les ideaux auxquels ils croyaient au point de donner leur vie; ceci est impardonnable.

Et bien qu’il sera clâmé par certains que ceci est la “guerre d’Obama”, ça ne l’est certainement pas. Les cadres néo-conservateurs qui ont inventés et créés la dernière décennie débilitante de guerre globale aux dépends du sang des Américains et de leur trésorerie, ont discrètement supporté l’expansion de l’intervention de l’OTAN en Libye. Ceci peut-être vu en termes sans équivoque dans une lettre écrite à l’intention des députés républicains, les implorant d’arrêter de s’opposer à la guerre anticonstitutionnelle et en fait de ne pas s’occuper de la résolution du conseil de sécurité de l’ONU et de donner plus de soutien aux terroristes qui s’emparaient de la Libye en leurs noms. Paul Wolfowitz, Elliott Abrams, Max Boot, Frederick Kagan, Karl Rove, Ellen Bork, Robert Kagan, Liz Cheney, William Kristol, Dan Senor et James Woosley ne sont que quelques noms parmi ceux qui ont signés cette lettre. De manière évidente, ceci n’est pas exclusivement “la guerre d’Obama”, mais plutôt une guerre façonnée et promut par les banques et les industries du Fortune 500, qui incluent à la fois Obama et les néo-conservateurs les plus notoires, comme serviteurs avérés et loyaux.

S’il y eut jamais un temps pour nos militaires, pas seulement les soldats du rang mais aussi leurs officiers qui les mènent et dans les mains desquels les troupes remettent leur vie au combat, de reprendre leur parole de serment donnée à la constitution des Etats-Unis et de leur devoir de défendre et de protéger leur nation et son peuple, ce temps est maintenant. S’il y eut jamais un temps pour reconnaître nos leaders auto-proclamés pour ce qu’ils sont: des traîtres n’agissant que pour leur compte, d’écraser leur légitimité en même temps que la façade de “démocratie”, ce temps est maintenant. Quand la foi des citoyens en leur gouvernement vacille, nous devons rester vigilant à l’encontre des soi-disants réformateurs. Assurons-nous que ces militaires qui s’avancent pour rectifier le glissement de notre nation dans le surréalisme, ne sont pas en fait des fascistes corporatistes, membres de Council on Foreign Relations (CFR) commes les généraux Stanley McChrystal et David Petraeus, tous deux responsables et coupables d’avoir aidé à ériger cette façade devant les citoyens américains et ceux à un coût tragique pour nous tous.

Pour l’homme et la femme de la rue américaine, maintenant est venu le temps de ne plus faire d’affaires avec ces corporations, ces banques et les mener à la banqueroute. Boycottez-les et remplacez-les systématiquement, jour après jour, petit à petit. L’Amérique a misé sur les mauvais chevaux en plaçant sa confiance en ces industries aux ramifications tentaculaires et a échangé son indépendance et son auto-suffisance contre l’illusion de la facilité et de l’utilité. Il est grand temps de reprendre cette indépendance. Il est temps de ne plus voter pour cette clique qui a servi ces agendas, promu ces guerres, maintenant prouvées être des fraudes totales. Des noms comme John McCain, Lindsey Graham et Joe Lieberman viennent particulièrement à l’esprit. Enfin, il est grand temps de commencer à s’organiser en tant que communauté. Donnez la main à vos voisins, commencez à cultiver votre jardin, et commencez à vous soutenir et entr’aider les uns les autres quand ce système corrompu et parasitaire vient chercher la substance même pour continuer à alimenter ses noirs desseins. En appliquant chacun de vos droits constitutionnels, collectivement, comme une communauté, quotidiennement, vous assurez que ces droits restent valides et en vigueur en vous dressant contre toute sorte de tyrannie.

Maintenant est venu le temps, traçons la ligne dans le sable, si ce n’est pas pour nous, au moins pour les milliers d’Américains qui ont donnés leurs vies en croyant qu’ils le faisaient pour une cause noble et dont la mémoire est souillée par les actions abjectes de Wall Street et de la City de Londres et par l’armée de sycophantes dégénérés qui les servent de l’Europe aux Etats-Unis, du leadership d’Israël ax oligarques de l’industrie qui manipulent les citoyens d’Australie. L’empire démoniaque a atteint un sommet intolérable.

Pour une liste des intérêts financiers qui gouvernent réellement le monde occidental, voyez ic « 
Naming Names. » Pour plus d’information sur l’auto-suffisance voir ici, « The Globalsits’ Worst Nightmare. » Pour apprendre plus sur comment et pourquoi boycotter la finance et l’industrie qui dominent nos vies voir ici, « Destroy the Globalists. »

 

Toute reproduction autorisée sous réserve de citer : http://doriot-univers.blogspot.com/

La trahison

L'âge mûr, de Camille Claudel, musée d'Orsay,           Cliquez pour agrandir On n'est trahi que par ses amis, jamais par ses ennemis, ni par des gens indifférents.
La trahison ne s'exprime qu'au sein même de la confiance. Plus grande est la confiance, plus cruelle est la trahison. La trahison, c'est l'ombre de la confiance.
Être en confiance, c'est s'ouvrir à l'autre, poser les armes, ouvrir son intimité, être assuré de l'inoffensivité de l'autre. Être en confiance dans une relation amicale ou amoureuse, c'est croire en la pérennité du lien.
Être trahi, par contre, c'est être projeté brutalement, malgré soi et contre toute attente, hors du confort de cet état de confiance. Être trahi, c'est être chassé du paradis, de ce paradis dont on ne finit pas d'être chassé.
La trahison, c'est une blessure, une fracture profonde, douloureuse, dans mon entière confiance en la bienveillance du monde ou de l’autre.

La trahison m'apparaît comme une étape incontournable sur le sentier de l'individuation.

La grande question qui se pose alors est de savoir ce qu'il faut faire de cette blessure.
Faut-il la laisser transformer l'amour en haine ?
Faut-il la laisser m'enfermer dans un état de complaisance morbide vis-à-vis de moi-même ?
Ou bien cette blessure va-t-elle me mettre en situation de me dépouiller et de me reconstruire ? Enfermement ou ouverture ? telle est la question.
Cette plaie dois-je chercher à la guérir ? Ou bien dois-je la porter béante ?
Cette épreuve, ne porte-t-elle pas à elle seule tout le sens de l'individuation ?

Après avoir été trahi par Judas, renié par Pierre et abandonné par son Père, que fit Jésus ?
La trahison le ramène dans le monde de la dualité et le met face à sa solitude. Jésus est seul sur la croix lorsqu'il crie « Père, pourquoi m'as-tu abandonné ? » Pourquoi tout le monde l'a-t-il trahi, jusqu'à son Père, être sacré entre tous, le moins susceptible de trahison pourtant, celui en lequel il a placé l'entièreté de sa confiance ?
Qu'est-ce qui peut émerger de cette solitude essentielle à laquelle Jésus est confronté ?
Quel sens cela a-t-il de se retrouver ainsi seul, absolument seul ?
Est-ce là, est-ce dans cette béance, est-ce dans cette solitude irréductible que l'on doit s'établir ?
Est-ce là, seul, fondamentalement seul comme le Seul est seul, que je dois poser le socle de l'être en émergence que je suis ?
Et là, au-delà de sa blessure, encore faire un pas, encore marcher, rester debout et marcher encore, ne pas se laisser abattre !
Être sujet !
Être sujet, et là, à la pointe de sa blessure, dans ce moment extrême, quand tout nous a lâché, est-ce là qu'il faut affirmer son humanité ? est-ce là qu’il faut dire « je »


Citation du mois

« Il y a les coups que l’on donne et ceux que l’on reçoit. Mais, plus finement, il conviendrait de faire une distinction entre les blessures d’agression, faites par pénétration, et les blessures de séparation, causées par un arrachement. Celui qui avance sur le chemin spirituel est invité à passer de l’une à l’autre et c’est un retournement intérieur : la blessure reçue, qui opère une ouverture en l’être humain, se révèle coupure ontologique, éloignement d’avec la Source divine. Elle creuse une soif. Tout d’abord, le voyageur ne peut nommer ce qui lui manque et le fait mettre en route, mais il ressent de plus en plus vivement que « cela » lui manque et que, tant qu’il ne l’aura pas rencontré, il restera, errant ou bien en exil, loin. Le chevalier des romans courtois et du cycle arthurien est appelé à l’aventure, c’est ce qui le fait advenir à son véritable moi, à son identité céleste. […]
Sur le plan terrestre on peut mourir de ses blessures, mais dans le combat spirituel on vit de la blessure, c’est par elle que peut advenir le Règne de Dieu. […]
La blessure bat le rappel de la vie divine. À grands coups de tambour, lorsque l’atteinte est violente, ou à bas bruit, secrètement, au cœur de l’être. Il faut reconnaître son manque, aimer sa déchirure, pour un jour rejoindre et pour être rejoint. Plutôt que de tourner autour de la souffrance et du mal, la blessure pose la question de la séparation et de l’Un. […]
Il est une fracture qui ne se referme pas, de même qu’il est une lumière qui ne s’éteint jamais. Cette expérience irréversible est celle de l’éveil. Si le chemin est encore long, l’homme vivant, né à nouveau, n’a plus peur d’avoir mal et ne se soucie plus d’être préservé. Sa plaie inguérissable le désigne comme le porteur, le passeur de l’inoubliable : honneur insigne et humilité sans fond.

Jacqueline KELEN, Divine blessure, chez Armand Colin, 2005.






[Lire les anciennes citations]

lundi 29 août 2011

LA PLUIE




                                       La pluie tombe
                       comme  nous tombons amoureux :
                              en déjouant les prévisions


(Reproduction interdite) Bienvenue sur Univers : http://doriot-univers.blogspot.com/

LA FOUDRE EST TOMBEE



La foudre tombée sur la Maladaire, le 24 août 2011




Par ces lignes, nous remercions les nombreux visiteurs des blogs  Bienvenue sur Univers , qui sont nombreux à accéder aux informations pertinentes sur l'actualité mondiale. Nos sites: worlpresse,  tribune de Genève,  tribune le matin,  journal les 24 heures et blogger ( google.)

La moyenne journalière des cinq sites, se situe entre 800 et 1000 visites par jour!

Désormais, l'administrateur de la tribune de Genève ( Edipresse / Ringier ) a supprimer le blog public de Bienvenue sur Univers en le désactivant. Sans avertissement et sans en donner la raison. Notre courriel est également resté sans réponse.

La liberté d'expression est un droit que l'administrateur de la tribune de Genève  semble ignorer. Sale coup pour la démocratie.

L'information continuera de circuler sur nternet. Si la vérité dérange, nous continuerons de la diffuser...   BSU/PAD

“Dans un monde de mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire.” G. Orwell


VOTRE MARIAGE

https://natation14.wixsite.com/monsite-4/votre-mariage MAGNIFIQUE ELEGANT Mettez en valeur votre photo de mariage ou d'anniversaire ...